Grand Erg Occidental que nous longeons à deux,
Le soleil zénithal éclabousse son feu.
Méharistes sans ombres, nous baignons dans le blanc
De ce sable sans nombre où s’épuise le temps.

Nous poussons devant nous d’agiles fouette-queues
Qui laissent en remous des tracés sinueux.
Et puis la palmeraie se découvre à nos yeux,
Striées de ces murets qui nous semblent si vieux.

Nous laissons nos deux bêtes aux mains d’un touareg
Et d’un assistant sec qui nous semble un peu bègue.
Une fois baraqués, genoux ligaturés,
Les animaux dressés cessent de blatérer.

Ô belle enturbannée habillée comme un homme,
Meimouna, mon aimée, avare de paroles
Pour que rien ne révèle ce que cachent les pans
De l’ample sarouel et de ton burnous blanc,

Depuis ces douze jours que dure notre fuite,
Dans cet immense four sans aucun autre gîte
Que des flancs les entours de nos grands dromadaires,
Je crois que notre amour a l’âge de la Terre.

Ton nom est le parfum de cette prophétie,
Comme un goût de jardin enclos à Ein Gedi ;
Tes joues noires m’enseignent ce qu’est le soleil :
Étrange cœur qui saigne des rayons vermeils.

Tes yeux sont la flamme éclairant les contours
De cette enfant de Cham à qui je fis la cour.
Tu es cette lueur que cachait le treillis
Ausculté dans l’ardeur avant d’être cueillie.

Mais nous pressons le pas pour bientôt arriver
À cette maison basse où la porte à rivets
S’ouvre sur une entrée assourdie de tapis,
De tentures tirées et de meubles épais.

Les armes accrochées − poignards et longs fusils −
La gazelle empaillée et le guépard occis,
Ne gâtent pas le thé bouillant qui est servi
Et sait désaltérer notre amour accueilli.

Le rire plisse tes lèvres sur l’incarnat
De gencives foncées que j’aime, Meimouna,
Tout autant que la grâce de ton cou perlé
Où se mêle l’éclat du cuivre martelé.

Je tends vers toi la main où tu glisses ton front :
Aujourd’hui et demain, jamais nous ne devrons
Plus cacher nos amours, ne connaître de l’heure
Que celle des départs pour n’être découverts.

Aubépin des Ardrets

Écrit par AdA
Mais avant de goûter
La chaleur de la chair
Je veux être hébété
D'esprit tranchant et clair
Catégorie : Amour
Publié le 19/02/2019
Ce texte est la propriété de son auteur. Vous n'avez en aucun cas le droit de le reproduire ou de l'utiliser de quelque manière que ce soit sans un accord écrit préalable de son auteur.
Poème Précédent

Partager ce poème:

Twitter

Poème Suivant
Commentaires
Annonces Google
Posté le 19/02/2019 à 11:36:12
Incroyablement bien contée l' histoire de ces amoureux qui choisissent la fuite pour vivre leur passion au grand jour .

Merci Ada pour cette belle lecture !
Yuba
Posté le 19/02/2019 à 14:43:23
Belle histoire, captivante et bien écrite. Merci!
isabelle64
Posté le 19/02/2019 à 19:05:26
Somptueux poème ainsi dont vous avez la recette, Ada ! Je le verse aux favoris pour rançon de ma lecture. Merci Aubépin pour ces moments savoureux où lire s'oublie, tant le spectacle dépayse l'imaginaire.
jacou
Posté le 19/02/2019 à 20:33:32
@Yuba
Merci pour ces mots et votre lecture ;-)

@isabelle64
Merci pour ce passage ;-)

@jacou
Merci pour ces mots chaleureux ;-)
AdA
Posté le 19/02/2019 à 22:40:57
Grand dieu c'que c'est beau... Que peut-on dire d'autre...
silencieuses59
Posté le 20/02/2019 à 08:30:17
@silencieuses59
Merci pour ces mots qui me laissent un peu confus tout en me faisant chaud au cœur ;-)
AdA
Commentaires
Annonces Google
Ajouter un Commentaire
Vous devez etre identifié pour pouvoir poster un message
Veuillez vous identifier en utilisant le formulaire ci-dessous, ou en creant un compte

S'identifier
Login :
Password :
Apparaitre dans la liste des connectés :

Mot de passe perdu ?

S'identifier

Login
Password
Etre visible
Mot de passe perdu

Rechercher un poème


recherche avancée

Tribune libre

23/10 10:05Yuba
Bonsoir Blackflag :)
23/10 08:25Blackflag
un bonsoir aux anciens , j'étais pas passé depuis 6/7 ans déja ...
23/10 07:49marinette
ce soir arte super gemma bovery
23/10 06:46Ombrefeuille
Bonjour et bonsoir dans le même courant d'air. Dame pluie s'accompagne de Messire Tonnerre pour saluer la nuit qui vient, aussi vais-je éteindre l'ordi ... On n'est jamais trop prudent :) A bientôt, et que les Muses vous inspirent ;)
23/10 06:37grêle
Ok Matriochka, bonne soirée à toi ! :-)
23/10 06:31Matriochka
Avant de vous souhaiter une bonne soirée, j'aimerais vous dire que vous pouvez me tutoyer (pour ceux qui veulent), aucun souci pour moi!
23/10 04:50Yuba
Oui , prions le très fort !
23/10 04:49Matriochka
De rien Yuba, tout ce que j'espère, c'est qu'il n'y aura pas de graves dégâts, et surtout pas de victimes.
23/10 04:43Yuba
Bonjour Matriochka ...merci de t'inquièter , ma fille et son mari sont privés de sortie sur Montpellier à cause du débordement du Lez :(
23/10 04:36Matriochka
Bonjour, en espérant qu'aucun(e) d'entre vous na été / ne sera touché(e) par les intempéries dans le sud
23/10 10:30Yuba
Bonjour Gaby et Scyles ...bonjour au Monde de la poésie ici présent ! :)
23/10 10:23scyles
Bonjour à tous.
23/10 10:22scyles
Merci grêle.
23/10 06:16Belle de jour
Un nouveau jour se lève et mes pensées vagabondent en vers et en prose pour vous les offrir. Bonne journée à tous et à toutes
22/10 09:36grêle
Le forum "sur une île déserte" a été créé afin d'une meilleure visibilité des réponses à votre question, Scyles :-)
22/10 09:36grêle
Bonsoir Assia :-) bonsoir à tous
22/10 09:27Yuba
Bonsoir tout le monde ! :)
22/10 03:27grêle
Bonne journée les poètes... :-)
22/10 03:23scyles
Quels sont les dix ouvrages que vous emporteriez si vous deviez rester coincé(e)s sur une île déserte ?
22/10 12:35grêle
Bonjour chères poétesses talentueuses :-)

Messages du forum

Qui est en ligne

  • Et aussi :
  • 45 invités