En septembre, à Séville

Non, je ne l’ai pas vue, la fameuse Bienal ;
Je n’ai pas entendu les chansons lacrymales,
Le roulement têtu du bois des castagnettes
Ou des pieds en percus rappelant les claquettes.

En septembre, à Séville, les oranges sont vertes,
Aux palmiers de la ville, les dattes découvertes
S’écoulent en régimes de fruits jaunes et ocres
Pendant que dans les cimes des perroquets les croquent.

Par ici, les cigales ont un chant électrique ;
Les cloches inégales font un son arthritique,
Et l’odeur du jasmin, avec ses blanches fleurs,
Fait à chaque matin oublier la chaleur.

Si parfois s’éparpillent quelques restes de coques
De tournesol mobiles dans les rues qui sont propres,
Des moineaux plus légers que le rire des enfants
Y cherchent à manger quelque miette en piaffant.

«¡Escuchame, Pepa!», s’écrit Alejandra,
«¡Hola, Baby! ¿¡Qué tal?!», dit la grande Nona,
Alors que me déroutent tes taches de rousseur
Et que l’eau goutte-à-goutte d’un grand climatiseur.

En septembre, à Séville, les oranges sont vertes,
Aux palmiers de la ville, les dattes découvertes
S’écoulent en régimes de fruits jaunes et ocres
Pendant que dans les cimes des perroquets les croquent.

Dessous ta blouse vive, dansent des pointes douces ;
Ta main sous ma chemise, sur tes lèvres mon pouce :
En septembre, à Séville, tes prunelles sont vertes,
Tes dessous en résille, tes jambes entrouvertes.

Aubépin des Ardrets, Séville, en septembre 2018

Écrit par AdA
Mais avant de goûter
La chaleur de la chair
Je veux être hébété
D'esprit tranchant et clair
Catégorie : Amour
Publié le 22/03/2019
Ce texte est la propriété de son auteur. Vous n'avez en aucun cas le droit de le reproduire ou de l'utiliser de quelque manière que ce soit sans un accord écrit préalable de son auteur.
Poème Précédent

Partager ce poème:

Twitter

Poème Suivant
Commentaires
Annonces Google
Posté le 22/03/2019 à 05:05:57
Olé !

En 70, il faut toujours donner des repères même si le temps n’existe pas, en 70, Marie, dans le no man’s land entre ses deux maris marris, alla faire un tour en Espagne

Olé !

Elle prit le TER à la frontière, manucurée de frais, manteau de skunks tiré d’une salle des ventes et qui sentait encore la bête

Olé !

Incognito, Alicante, playa de Albufereta, sereno. Le paradis, l’évasion, Noël. Le deuxième jour, elle fut abordée par Pedro

Olé !

Il la pilota dans sa vieille skoda en chantant du flamenco à tu-me-tues-la-tête, c’était un peu duro parce qu’il toquait la guitarra en conduisant, mais bon, on ne vit que deux fois

Holà !

Il disait : » cielito, corazon, mi alma, ay » et elle, elle s’y croyait, ça fait du bien. La veille de Noël, il alla toucher sa paie en liquide et on claqua tout, restau, dancing, taconeos, Elche

Au lit ?

Il était si fier d’arborer sa française. Il la raccompagna au train avec toutes les démonstrations de l’amour eterno. Plus jamais signe de vie.

Allô ?

Elle s’en fout, c’était bien, elle ne s’attachera plus jamais, jamais, ah ça non.

Alors …
marinette
Posté le 22/03/2019 à 05:07:36
votre poème est divin
marinette
Posté le 22/03/2019 à 09:12:32
Olé, Holà, Au lit, Allô, Alors : votre commentaire est devin.
Et puis drôle à nouveau : "flamenco à tu-me-tues-la-tête" !!!! J'ai ri. Merci.
AdA
Posté le 22/03/2019 à 11:08:12
Ah Séville !
Moi j'y étais le mois d'avant avec les filles.
Nous étions émues dans ce bain d'histoire et de culture si proche de nous..La palais "Alcazar" est une copie conforme du palais "Bahia " à Marrakech.

Merci Ada , je vais dire comme Marinette: votre poème est divin !
Yuba
Posté le 22/03/2019 à 11:55:01
Merci, Yuba ;-)
AdA
Posté le 22/03/2019 à 15:14:56
Sensuellement écrit, un poème plein de saveurs et de couleurs. J'aime !
jacou
Posté le 22/03/2019 à 19:21:53
Merci, jacou, pour cette lecture et ces gentils mots ;-)
AdA
Posté le 24/03/2019 à 00:43:49
J'imagine Séville en septembre à la lecture de votre poème. C'est un beau texte, plein d'animation, où l'on retrouve bien les caractéristiques de cette ville. Un grand merci pour cette lecture!
isabelle64
Posté le 27/03/2019 à 17:54:30
Merci, isabelle64, pour ce passage documenté ;-)
AdA
Commentaires
Annonces Google
Ajouter un Commentaire
Vous devez etre identifié pour pouvoir poster un message
Veuillez vous identifier en utilisant le formulaire ci-dessous, ou en creant un compte

S'identifier
Login :
Password :
Apparaitre dans la liste des connectés :

Mot de passe perdu ?

S'identifier

Login
Password
Etre visible
Mot de passe perdu

Rechercher un poème


recherche avancée

Tribune libre

20/04 11:23Yuba
Bonjour Daniel et bonjour à vous toutes et tous qui de vos poésies imprimez le visage de notre site :)
20/04 07:14lefebvre
Bonjour les poètes
19/04 12:52Babel
merci !
19/04 12:04Yuba
Le message est envoyé à Rémi ...patientons :)
19/04 11:57Yuba
Bonjour Babel
19/04 11:57Yuba
La page d'acceuil a encore disparu ...je vais contacter Fluminis !
19/04 11:56Babel
bonjour Yuba
19/04 11:55Babel
la page d'accueil a un problème
19/04 10:53Yuba
Bonjour les mordus de poèmes , les fous des mots :)
19/04 01:26isma
Bonsoir
18/04 09:56Olivier RACHET
Bonsoir Yuba, bonsoir à toutes et à tous ! Oui jacou, une bien belle communauté...
18/04 11:30Yuba
Bonjour Georges , bonjour tout le monde !
18/04 10:29jacou
Bonjour belle communauté.
17/04 04:12Yuba
Bonjour Marinette ...merci pour ces impressions sur la communion des choses ...
17/04 02:01marinette
et sous mes pieds brûlants je sens le feu qui brûle
17/04 02:00marinette
je suis là entre les murs et sous la cendre
17/04 11:44Yuba
Bonjour Daniel, bonjour à toutes et à tous :)
17/04 11:03lefebvre
Bonjour les poètes
16/04 05:04Olivier RACHET
Oui espérons-le jacou. C'est bien le problème de ces magnifiques monuments, ils sont à la fois fragiles et solides, et ils réclament beaucoup de soins. La vieille dame n'a pas fini de nous émerveiller, croyez-moi !
16/04 10:41jacou
Oui, bonjour Assia, espérons qu'un nouveau Viollet-le-Du c architecte respecte bien la cathédrale...

Qui est en ligne

  • Et aussi :
  • 39 invités