Adieu la vie ! Adieu l’artiste !

Le temps s'égrène à l'acmé de mon existence
Il coule inlassablement comme le sable
Entre les doigts et j'ai perdu de la prestance
Ce lourd fardeau qui me mène vers l'effroyable.

Flash-back sur le passé, aux tendres souvenirs
De la jeunesse, aux premiers émois du cœur
Et aux quelques chagrins que je ne peux bannir
Car jamais sur la vie, je n'ai eu de rancœur.

Je revois cet amour, ce regard attendri
Qui se posait sur moi, ces grands yeux azur
Que je trouvais si purs, pleins de mélancolie
J'aimais son corps de femme et sa belle coiffure.

Quelques larmes parcourent mes joues de vieillard
Je les essuie de la main, d'un geste maladroit
Elles tombent sur le sol, gouttes de brouillard
Et qui s'estompent sous la chaleur de l'endroit.

Je pleure tel un enfant, sentant la mort venir
Un voile de douce douleur qui embrunit
Mon âme me réchauffe la vie, avant d'agonir
Et de passer le Styx, des pauvres démunis.

Je n'ai plus envie de lutter contre la mort
J'abandonne le combat, je ne suis pas triste
J'ai vécu de longues années, j'accepte mon sort
Et le rideau enfin se baisse sur l'artiste !

J'écris ces vers, pour vous amis, mon testament
Au soir de cette vie, il est temps de partir
Se retirer à petits pas, tout prudemment
Il est dur de mourir, je ne peux démentir.

Ne pleurez pas, je suis là, dans vos souvenirs
La mort n'est pas la fin, j'ai changé de chemin
Je pars vers l'inconnu, un nouvel avenir
Loin de vous, mais si près à vous tenir la main.

Je ne veux pas de tombeau, juste un cénotaphe
Dans un parc vert et fleuri, jetez mes cendres
Si j'ai ravi vos cœurs, mettez une épitaphe
Aux cieux, je serai là, pour vous attendre.

Au crépuscule du jour, quand le soir est tombé
De lutter pour la vie et d’assurer sa survie
Il est temps de se retirer, à pas feutrés
Faire sa révérence, cela sans mépris.

J’écris mon dernier texte, à l’eau de mes pleurs
Un poème d’adieu, un au revoir final
Que je vous dédie, vous irez mettre des fleurs
Là où je suis, je quitte un monde littéral.

Mais ne pleurez pas, je suis encore avec vous
Profitez de mes vers, ne soyez pas triste
Je vous attendrai pour un prochain rendez-vous
Dans les cieux, vous me direz, salut l’artiste !

Écrit par CRO-MAGNON
L'ignorant affirme, le savant doute, le sage réfléchit ! Aristote. J'affirme que mes doutes me font réfléchir ! Les pieds sur terre et la tête vers les étoiles ! Olivier WERBROUCK
Catégorie : Amitié
Publié le 31/03/2020
Ce texte est la propriété de son auteur. Vous n'avez en aucun cas le droit de le reproduire ou de l'utiliser de quelque manière que ce soit sans un accord écrit préalable de son auteur.
Poème Précédent

Partager ce poème:

Twitter

Poème Suivant
Commentaires
Annonces Google
Posté le 31/03/2020 à 03:03:25
Que Dieu illumine ta voie !
Merci
Posté le 31/03/2020 à 06:57:55
magnifique oui il faut le dire
alors je te dis au revoir OLivier
"tenons-nous prêts car nous ne savons pas
quel jour "
marinette
Posté le 31/03/2020 à 08:22:29
Merci pour les commentaires mais je reporte ce poème quand j'aurai plus de cent ans !
CRO-MAGNON
Posté le 31/03/2020 à 18:55:43
Bonsoir Olivier,

Magnifique et poignant Texte que Voici ..

J'admets que ton Sujet est fort bien narré, sans être sombre .. il porte un Espoir ..

Bravo l'Artiste !!! ( car même à 100 ans, tu aurais belles Choses à versifier !!

Lys-Clea
Lys-Clea
Posté le 31/03/2020 à 20:33:40
fascinant poème écrit avec talent...merci olivier:)
romantique
Ajouter un Commentaire
Vous devez etre identifié pour pouvoir poster un message
Veuillez vous identifier en utilisant le formulaire ci-dessous, ou en creant un compte

S'identifier
Login :
Password :
Apparaitre dans la liste des connectés :

Mot de passe perdu ?

S'identifier

Login
Password
Etre visible
Mot de passe perdu

Rechercher un poème


recherche avancée

Tribune libre

24/09 18:25Lys-Clea
Bonsoir Artiste ( rapide à Lire la Petite Plume )
24/09 18:23CRO-MAGNON
Bonjour Claire, éloge de la lenteur !
23/09 21:46Syntax_Error
Bon week-end à tous.
23/09 15:08Vermeil
Articles 7.2 et 7.4 de la Charte
22/09 17:20Chrysantheme
Chrysantheme pour la fin euh pardon le meilleur pour la fin
21/09 19:21jacou
...ceci en cas de litige porté procès auprès de l'administrat eur par certaines personnes qui pourraient accuser par exemple un modérateur de les harceler secrètement.
21/09 19:20jacou
Un membre ici a modifié son poème rimant en "cou" et a effacé ce poème, le modifiant aujourd'hui en réimpression trafiquée, mais nous gardons les textes effacés aussi...
21/09 19:15jacou
Vermeil, personnelleme nt je n'échange pas en MP avec les individus pas clairs qui peuvent être pernicieux avec les modérateurs, j'échange avec eux uniquement en public.
21/09 19:14jacou
Bonjour à tous, bonjour Vermeil
20/09 23:04Vermeil
C'était pourtant un bon moyen pour permettre à chacun de se faire un avis
20/09 23:03Vermeil
J'avais par exemple ouvert un forum pour engager la discussion sur l'application de la Charte. Forum qui a été supprimé depuis
20/09 23:01Vermeil
Coms et non pas cols. Pas de "s" à résolution
20/09 23:00Vermeil
Il existe d'autres moyens de résolutions des litiges . Les cols ne sont pas le théâtre des querelles personnelles
20/09 22:59Vermeil
N'est-il pas préférable d'éviter de régler des litiges personnels dans les coms?
19/09 18:09Plume borgne
si c draule jé la cervel maulle
19/09 18:07Plume borgne
jé pa dconsciance jte fé confience
19/09 17:09Syntax_Error
"Parce que, selon le sage Salomon, sapience n'entre point en âme malivole et science sans conscience n'est que ruine de l'âme." François Rabelais - Pantagruel
19/09 11:41Yuba
Bonjour Georges...bel le semaine à toutes et tous sous les couleurs automnales en devenir :)
18/09 20:34jacou
Syntax Error, vous avez ô combien raison sur les anges et lumières...
18/09 20:22jacou
Bonsoir la communauté des poétesses et poètes d'Icetea...

Qui est en ligne

  • Et aussi :
  • 131 invités