La cire s’est figée dans le chandelier froid
Larmes dégoulinées sur un support de fer
Et l’âtre est au miroir une entité éteinte
Hantent auprès de leurs cendres mes plumes défuntes

Dans le vide glaçant tendrement je m’assoie
L’eau qui stagne sans foi au creux du bénitier
Fait écho au silence qui s’est imposé
La lumière est au philtre des amours sur croix

De pierre est le loup gris qui dans sa gueule aimante
Les sens et les épreuves à peser sur la vie
La souffrance est un mot qui a la langue lente
Des ombres de l’enfer les décors ont appris

Et des restes de pain sur l’autel éternel
Près d’une tabatière ornée de fines ailes
Les oiseaux de papier où la beauté se conte
Gisent en parchemins morts entre l’heure et la honte

A la pauvre lucarne pleut le temps qui coule
En successives lunes et leurs lueurs passantes
Font vivre les objets qui d’autant me chamboulent
Ces êtres déformés aux présences puissantes

A qui ne sait plus trop qui prier d’être là
Entre les sépultures et les vœux dépourvus
Sur les murs se pourfendent des voix corrompues
Ma chemise de nuit traîne dans son verglas

Une poupée gelée, candélabre d’effrois
L’arme dégoupillée mue dans sa paume amère
Et l’astre de l’espoir passe comme une feinte
Plante avant de descendre son corps dans l’étreinte

Sur la suie de l’enclos des traces d’ongles grattent
Comme cognent à la porte du cœur les dolents
Alors peindre au bougeoir avec le sombre sang
Et prendre pour pinceaux des dagues scélérates

Des cirages figés faire un pèlerinage
Dans la folie sous cape des fougues précieuses
Même si la passion est toute pernicieuse
Mais que volent les cendres et délivrent l’otage

Écrit par Edelphe
Le monde extérieur est vaste, terrifiant, lunaire, impropre et merveilleux, violent et plein d'amour.
Le monde intérieur est bien plus encore...
Catégorie : Poésie
Publié le 15/01/2022
Ce texte est la propriété de son auteur. Vous n'avez en aucun cas le droit de le reproduire ou de l'utiliser de quelque manière que ce soit sans un accord écrit préalable de son auteur.
Poème Précédent

Partager ce poème:

Twitter

Poème Suivant
Commentaires
Annonces Google
Posté le 15/01/2022 à 12:10:35
Avec une profusion "gothique" d'images puissantes, j'ai l'impression que ton poème rejoint mes préoccupations du moment, superbe est le mot qui convient!
Banniange
Posté le 15/01/2022 à 15:45:54
Vous magnifiez un monde que votre verve poétique rend presque inquiétant.
C'est magique!
Bravo!
virgile
Posté le 16/01/2022 à 05:42:34
bonjour Edelphe
tes mots évoquent un univers sombre! se rapprochant de souffrances exacerbées dans un mystère secret de croyances ! de superstitions!
tu as su grâce à ta plume inspirée et féconde ! nous plonger dans
"les abysses éternels"...j'ai apprécié ! en favori ! bonne journée ! prends bien soin de toi ! amitiés chaleureuses :)
romantique
Posté le 16/01/2022 à 09:03:49
L'atmosphère de fièvre et de damnation aux cachots théologiques du pécheur de ce poème évoque un peu pour moi le Moine de Matthew Gregory Lewis,..
Le ton des vers qui sont des phrases inclinent à ressentir la mélancolie d'ordre mystique où la "Melancholia" de Dürer purpose un portrait plein de science et de signes ésotériques...

Des "objets" sont des "êtres", défunts déformés par anamorphoses des regards inquiets de trouver en poussières ("je te montrerai ton effroi dans une poignée de poussières..." qui sont les cendres du "Waste Land/Terre Gaste" de T.S. Eliot) les éléments du décor qui est assise rassurante au bas mot, mais au bas d'un cachot ne reste que son désespoir d'avoir été élu pour la condamnation, et puis ici des "ombres de l'enfer ils ont appris"...

"Cire et cirage" figés, "bougeoir et chandelier", "verglas et gel", "suie et cendres" : toute l'orchestration de l'insensible glaçant confinant au cachot d'une âme en damnation et dans son for intérieur de condamné à mort dans l'éternité qui damne par truchement de la divinité ou de sa malédiction, rejoignant le monde aux cieux fuligineux des nuées sombres couvercle des douves et des murailles qui cachent les souterrains où damner les hommes en leurs âmes par tous les moyens (le chevalier sera torturé au chevalet...), vous joint dans ce poème admirablement écrit, senti, étudié pour rendre ses effets dans les moindres termes signifiants d'un univers adéquat à mettre en place à ce Pré-romantisme noir, sombre, sans espoir même aux religieux quand le divin s'est consciemment perçu s'éloignant dans les coeurs des hommes à cette époque qui s'y sensibilisait avant l'atroce déchaîné au 20ème siècle, le Romantisme ayant été précédé d'une phase annonciatrice bien plus sombre, sans la rébellion humaine de l'Être isolé dans l'univers et la foule industrieuse que le romantisme a proposé pour réagir, en l'époque littéraire où, après le "Werther" de Goethe, les dessins macabres de Goya si sensitif, viennent Lewis, le "Château d'Otrante" et Radcliffe... On se met à frissonner, avant "Wuthering Heights", avant "Frankenstein", avant que l'avenir que les artistes créent dans leurs imaginations et dans leurs rêves, se réalise, bien assez tôt, quand Dieu s'éloigne et que les hommes tâtonnent dans les souterrains du monde et dans leurs souterrains intimes, cachots où se blottir et délivrances des sens pour la Mort avec la damnation immortelle : on s'est pris en "otage" soi-même en pensées tenant à la métaphysique...

Bravo Edelphe, votre poème est mon favori car digne des lectures qui m'ont toujours impressionnées et fait réagir passionnément !
jacou
Posté le 16/01/2022 à 09:47:48
Merci Banniange, après relecture c'est vrai qu'il y a une dimension gothique.. Merci pour votre appréciation

Virgile merci pour votre lecture "magique"

Merci Romantique pour ce favori et ton commentaire amical et chaleureux, prends soin de toi également

Jacou merci pour votre commentaire si étayé, vous semblez avoir plongé dans les fibres de mon poème pour en saisir toutes les portées. J'ai sur ma table de nuit en ce moment "le Moine" mais je ne l'ai pas encore commencé, il traîne là depuis des semaines...
Edelphe
Posté le 16/01/2022 à 10:46:56
Bonjour,

Quelle Puissance sous ces Vers ..

Je reste souvent Coi à la Lecture, à Genoux ..
parfois déstabilisée .. favorablement dans les Images véhiculées de ces Sens, contre Sens ..
Ou l'On se perd, ou l'On voyage vers des Lieux incroyables .. des Ressentis enfouis ..

Sacrée Plume comme Toujours !
Bravo encore !
LyS ..
Lys-Clea
Posté le 16/01/2022 à 13:43:46
Edelphe, je vous souhaite une bonne lecture de ce "Moine" annonçant le gothique qui va se déployer en accompagnement avec le Romantisme en son aspect sombre confinant au Fantastique (il sera chez Washington Irving aux États-Unis dans son Sleepy Hollow le Cavalier sans tête", et un peu chez Edgar Allan Poe, et chez le poète Aloysius Bertrand dont les poèmes en prose recréent un Moyen-Âge à en frissonner à tous les sens, poétique notamment, etc...).

Antonin Artaud qui m'est un poète cher a traduit "Le Moine" très bien, et le film avec Vincent Cassel dans le rôle principal est très bien senti et fait également, film que je vous recommande. Bon dimanche.
jacou
Posté le 16/01/2022 à 18:14:36
La puissance de votre écriture rend ce poème saisissant et restitue d’une manière très forte une atmosphère sombre et angoissante (tout du moins c'est comme ça que je la ressens).

Je ne sais si cela est entré dans votre inspiration, mais votre écrit me fait penser à ces recluses du Moyen-Âge, ces femmes qui se faisaient emmurer dans de minuscules cellules (en pleine ville) avec pour seule vue sur l’extérieur une toute petite lucarne, par laquelle de bonnes âmes charitables venaient leur donner de quoi se nourrir. Ces emmurées vivantes, ayant choisi cet enfermement sans possibilité d’en ressortir, priaient en retour pour expier les péchés des chrétiens.

Or de nombreux termes et vers de votre poème pourraient être propres à évoquer la vie d’une recluse.

Quoi qu’il en soit, félicitations pour ce partage d’une incroyable intensité.
Matriochka
Posté le 17/01/2022 à 17:08:26
Le souffle de Baudelaire est passé sur votre plume et lui a inspiré
ces images venues du monde religieux mêlées à celles, sombres,
du "spleen" qu'il a si bien saisi et que vous rendez avec talent.

"Chandelier froid", "plumes éteintes" ... ont une richesse, une
force, qui se répercutent au fil du poème. Le vers qui semble
comme résumer tout le propos est celui-ci :
"La souffrance est un mot qui a la langue lente"
Ombrefeuille
Posté le 19/01/2022 à 00:06:41
Sublime, puissant...
Toute une atphosmère née sous votre plume qui imprègne autant que vos mots...
On se sors jamais indemne de vos écrits magnifiques...
un favori pour moi
Lucyline
Posté le 20/01/2022 à 09:40:57
pesant et sombre et si magnifiquement écrit ...
bravo et merci Edelphe
je viens de lire "coeur " et c'est tout ou tant magnifique***
MARIE L.
Commentaires
Annonces Google
Ajouter un Commentaire
Vous devez etre identifié pour pouvoir poster un message
Veuillez vous identifier en utilisant le formulaire ci-dessous, ou en creant un compte

S'identifier
Login :
Password :
Apparaitre dans la liste des connectés :

Mot de passe perdu ?

S'identifier

Login
Password
Etre visible
Mot de passe perdu

Rechercher un poème


recherche avancée

Tribune libre

28/01 10:11Yuba
Bonjour Daniel et Matriochka ...agréable journée tout le Monde ! :)
28/01 05:35lefebvre
Bonjour, les poètes, je vous souhaite une belle journée ensoleillée
26/01 14:12Matriochka
Puisse cette seconde partie de semaine vous être favorable et agréable 🤞
26/01 14:10Matriochka
Bonjour Daniel, Jacou, Lucyline, Yuba... et toutes les plumes bien inspirées 😊
25/01 07:24lefebvre
Bonjour à tous les poètes, je vous souhaite de belles créations,
24/01 14:45jacou
Bonjour Célyne et Daniel, je suis heureux de vous saluer bons piliers d'Icetea (je n'ai pas dit doyens lol)... Bonjour à vous tous de notre belle Communauté !
24/01 11:52Lucyline
Bonjour et bonne semaine à tous ! Quelle continue à nous offrir de beaux textes ...
24/01 06:46lefebvre
Bonjour et bonne semaine
23/01 12:28jacou
Bonne journée de dimanche à tous :)
22/01 11:03jacou
Bonjour Assia. Bonjour nobles buveuses d'ambroisie et nobles buveurs d'hydromel, ces nectars des dieux inspirant qui ont nom ici Iceteapeche ! Bon début de week-end !
22/01 11:03lefebvre
Bonjour Yuba bonjour les poètes je vous souhaite une belle journée
22/01 10:24Yuba
Bonjour Soraya ...bon samedi tout le Monde :)
21/01 02:47ParadoXx696
Bonne nuit :)))
20/01 07:01lefebvre
Bonjour les créateurs de rêves
19/01 17:14Musouka
Et bien, il ne faut pas trop flirté avec la fée verte ;-)
19/01 16:46Chrysantheme
à tort ou à raison tant il est vrai que c'est un poison qui fait parfois perdre la raison
19/01 16:02Musouka
Ça commence à être du tord-boyaux votre truc ;-)
19/01 15:54Chrysantheme
perso je suis déjà monté à 51 degrés avec un pastaga
19/01 15:48Musouka
Disons qu'il faut bien se couvrir. J'ai déjà vécu des 32 sous zéro. La, c'est un peu de la douleur si vous êtes pas bien habiller ;o
19/01 15:02Iloamys
Ha oui ? Quand même !
Moins 23, ça doit piquer !
^^

Qui est en ligne

  • Et aussi :
  • 153 invités