Tu te promènes à petits pas lents
Prudents sur la route du soir mouillée de nos larmes
Tes longs cheveux poivre et sel nattés échoués sur tes épaules
Affaissées et tes joues givre rougies grivelées de vieillesse

Mon cœur gonfle devant toi
Gonfle d’amour comme souffle le vent
Laisse-moi t'enlacer laisse-moi réchauffer ton corps si frêle
Si froide ta main laisse-moi t’embrasser

Absente tu regardes ailleurs
Tu contemples un lointain qui te happe m’échappe
Qui te charme t’efface un lointain qui te perd
Silhouette triste tu t’éloignes et je suis la trace de tes soupirs
Soupirs que tu traînes comme une veuve habillée de ses pleurs
Amers

L’horizon s’ouvre et laisse éclore tout en rire
Une fillette légère accrochée au duvet de deux ailes blanches
Elle apparaît comme un ange dans l’écho de sa joie
S’approche de ton ombre cendre et soulève
Du bout de ses doigts fée le voile
Noir qui couvre tes paupières
Mièvre elle inonde tes yeux d'une larme enfantine
Elle t’éveille sous la douceur de sa tendre jeunesse

C’est elle la môme soleil elle que tu cherchais

Tu tentes de la suivre dans sa course espiègle
Tu veux prendre ton envol et portée par un souffle divin t'élever
Dans les cieux tu veux survoler les hauteurs du firmament plonger dans
Les ondes étoilées conquérir la lune rejoindre les paradis célestes tu veux
Saisir le bleu du ciel le bleu des mers et remplir d'un bleu neuf tes yeux gris

Tu t'éparpilles tu te disperses
Dans la poursuite de la môme soleil dans ta
Fuite du temps tu t'égares
Tu cours tu cours
Portée par l'espoir fou de l’envol
Tu cours t’essouffles

Les autres te voient essoufflée
Grisée ivre
Ils ne comprennent pas
Ni homme ni femme ne voit cette fée lumière que tu poursuis
Ils te voient folle

Moi je vois ta douce amie cette môme joyeuse
Je vois ce reflet qui joue dans tes yeux redevenus ciel
Et je crains de ne m'être noyée dans tes folies

Ta main si froide si roide serre trop fort mon poignet
Ton étreinte me froisse me mord me blesse me ronge m’angoisse
Serre moins fort cours moins vite
Tu me tires tu me traînes tu t’envoles mais

Arrête calme-toi
Grand-mère écoute-moi
Tu ne peux pas voler tu ne peux plus courir
De ton sourire il ne reste qu'une pâleur
Dans ta fuite du temps tu as oublié que ton cœur
Essoufflé s'est éteint

Une colère luit dans tes yeux terribles
Envolée la fée lumière
Perdu ton rêve
Ton rêve léger qui se dissipe comme mirage au réveil du matin joli

Ton cœur colère
Chaque nuit ton cœur enrage
Chaque nuit ton regard qui me hante
Ce regard dément
Epouvante
Fou de douleur
Ce regard cruel que je ne t'ai jamais connu
Ce regard damné qui pourtant crève la brume de mes songes
Et me poursuit
À travers le silence au-delà de ta mort

Grand-mère laisse-toi partir

Grand-mère laisse-moi dormir

Écrit par Eli
"Il faut encore porter du chaos en soi pour accoucher d'une étoile qui danse."
Nietzsche
Catégorie : Divers
Publié le 06/10/2019
Ce texte est la propriété de son auteur. Vous n'avez en aucun cas le droit de le reproduire ou de l'utiliser de quelque manière que ce soit sans un accord écrit préalable de son auteur.
Poème Précédent

Partager ce poème:

Twitter

Poème Suivant
Commentaires
Annonces Google
Posté le 06/10/2019 à 21:05:47
Merci pour cette grande émotion Eli... Un poème majestueux qui m'a fait frissonner.
grêle
Posté le 07/10/2019 à 00:09:35
formidable poésie,de grande amplitude,émouvante,captivante jusqu'au bout..merci de nous l'offrir..
Aria
Posté le 07/10/2019 à 17:30:45
Un sommet de lyrisme qui m'impressionne, pour dire simplement la douleur, dans des vers portés par un souffle aimant et souffrant. J'aime énormément et j'ai été happé dès la première strophe, qui ne laisse nullement indifférent ! Un grand merci Eli ! (Je vais le mettre dans mes favoris).
jacou
Ajouter un Commentaire
Vous devez etre identifié pour pouvoir poster un message
Veuillez vous identifier en utilisant le formulaire ci-dessous, ou en creant un compte

S'identifier
Login :
Password :
Apparaitre dans la liste des connectés :

Mot de passe perdu ?

S'identifier

Login
Password
Etre visible
Mot de passe perdu

Rechercher un poème


recherche avancée

Tribune libre

01/06 06:57Lys-Clea
ET de plus, si de l'Au-delà, un Jour, des Feuilles en descendent, tu serais le Premier à ouvrir la Voie ..
01/06 06:55CRO-MAGNON
au seuil de la mort, j'écrirai encore !
01/06 06:52Lys-Clea
Pourquoi penser à une Fin ?
01/06 06:46CRO-MAGNON
Pourquoi tant d'inspiration ? En 4 ans 1000 poèmes écrits, mon 15ème recueil qui est bientôt prêt à paraître, à quand la fin ?
01/06 06:43Lys-Clea
Et Ils captivent ... Age de Pierre à nos Jours, non ?
01/06 06:42CRO-MAGNON
L'univers réel et imaginaire tels sont mes mondes !
01/06 06:39Lys-Clea
Bonsoir Olivier .. de L'univers !
01/06 06:35CRO-MAGNON
Bonjour Claire ! Bonjour Georges ! Bonjour aux autres !
01/06 06:31jacou
Bonsoir Marinette et Emirelo, bonsoir à tous les membres d'Icetea !
01/06 06:26Emirelo
une petite fleur jaune en passant...
31/05 05:11marinette
c'est demain que l'esprit descendra sur nos têtes
31/05 05:07jacou
Bonjour à tous et bon dimanche en soirées douces et si précieuses, quand lundi est lendemain de fête ! :)
31/05 03:36Matriochka
Bonjour à toutes et tous ;) Merci beaucoup Assia :) Belle et bonne Fête des Mères à toi :) Pour nous il faut encore attendre 1 petite semaine ;) Mais excellent dimanche à toutes et tous :)
31/05 02:48Yuba
Bonjour Daniel et bonjour à tous ...bonne fête à toutes les mamans du site :)
31/05 08:49lefebvre
Bonjour les poètes, je vous souhaite un beau dimanche encombré de belles rimes
31/05 07:49marinette
salut ferdinand et tout le monde je veux l'énigme des chalets
30/05 01:39Sorel Ferdinand
Salut tout le monde.
30/05 12:54jacou
Bonjour, excellent samedi à vous tous, artistes de la plume et du clavier !
30/05 08:56eliosir
Merci pour cette jolie pensée. Je vous envoie plein d'étoiles.
29/05 10:23Yuba
Bonsoir tout le monde ...souhaitons un joyeux anniversaire au poète Eliosir :)

Qui est en ligne