J’aimerais aimer oui aimer et saisir oui saisir d’un premier mouvement d’amour le corps indolent et pur qui danse dans ma tête mais sans cesse se dérobe à ma pensée nocturne ;
Tandis que l’hiver dénude les arbres et les âmes tandis que son baiser glacial réduit momentanément l’écoulement du monde en un métronome langoureux mélancolique j’aimerais voir fleurir un premier germe particulier un premier soubresaut un premier cri natal une première étincelle un premier éclair violent qui ferait germer d’autres plus violents encore plus bruyants encore plus porteurs en masse d’éclairs plus violents en masse jusqu’à leur fleurissement final en une forêt flamboyante de feux et de lumières créatrice d’astres nouveaux d’éclairs nouveaux de fleurs nouvelles ;
Au cœur de l’hiver contempler et vivre la naissance impromptue au sein de ma tête d’un printemps miraculeux.

J’aimerais voir naître une tempête du calme houlement des mots passer le temps de ce chant de la rythmique alexandrine à l’halètement d’une prose incontrôlable passer de la vision extatique d’une image et ses incidences au déferlement illimité de sensations émotions flux vitaux ;
J’aimerais être le matelot sur le navire le navire sur l’océan l’océan déchaîné de la pesanteur terrienne.

J’aimerais puiser la poésie du fond des choses de la terre du fond de moi sans craindre son assèchement inexorable et par là même le mien,
Quand la passion atteint son paroxysme que le lyrisme se transcende en mysticisme que la marée attirée par la lune grandit et submerge dans son élan la vaste terre de son miasme liquide,
Ensuite vient son retrait lentement elle rejoint le calice qui la demande mon corps endolori meurtri s’affaisse sur le divan inerte ma pensée sombre dans un gouffre nocturne les mots dans un silence de deuil s’effacent du tableau et s’en vont rejoindre les non-dits de toute poésie.

C’est là que je la vois vent nébuleux sibylline pureté danseuse fantomatique muse étrange insaisissable que j’adore.

Le calme m’envahit pleinement le silence serait celui de la mort et le temps peut-être d’un instant peut-être d’une éternité.

Ainsi je suis le feu je suis l’eau je suis la terre je suis l’air je suis toute spiritualité possible je suis la chose en-soi de laquelle on a enlevé la peau quand bien même je serais le néant.

Poésie poésie poésie voici que reprennent forme les mots je suis le grincement de la plume sur le papier froissé je suis le son des touches du clavier tandis que mes doigts les martèlent je suis le murmure encore faible de la conscience reprenant son activité après une sieste profonde.

Voyez écoutez entonnez avec moi mon chant vous les chœurs et moi le chœur et nous les chœurs ensemble la plume de plus en plus vite se déroule sur le papier l’écriture n’a pas de temps à perdre impatiente à vivre se purifiant de toute ponctuation inutile au rythme qu’elle veut transmettre au rythme sien plongeant dans la densité légère de l’être et revenant pleine d’une passion nouvelle,
Elle n’est plus à jamais qu’une ligne d’encre noire sur un bout de papier oscilloscope trait à l’horizontal dans une chambre d’hôpital.

Silence car c’est son destin c’est sa fin et certes toujours j’aimerai aimer oui aimer et saisir oui saisir d’un éternel premier mouvement d’amour le corps indolent et pur qui danse dans ma tête,
Et j’aimerai la tempête que ma vision engendre,
Et le calme,
Et la tempête.

Écrit par Giacinto
"Lire, c'est boire et manger. L'esprit qui ne lit pas maigrit comme le corps qui ne mange pas." V. Hugo
Catégorie : Divers
Publié le 06/01/2010
Ce texte est la propriété de son auteur. Vous n'avez en aucun cas le droit de le reproduire ou de l'utiliser de quelque manière que ce soit sans un accord écrit préalable de son auteur.
Poème Précédent

Partager ce poème:

Twitter

Poème Suivant
Commentaires
Annonces Google
Posté le 06/01/2010 à 16:24:17
bonjour Giacinto,

mais quel écrit ... à lire et à relire ... chacun de nous retrouvera un peu de ses émotions, qui vous font et vous défont, dans ces moments intenses, amour, amitié, création, émotion ...

vous réussissez à nous faire toucher du doigt l'inde scriptible ... vraiment superbe, impressionnant et marquant de vérité ...

à vous relire
marie-ange-old
Ajouter un Commentaire
Vous devez etre identifié pour pouvoir poster un message
Veuillez vous identifier en utilisant le formulaire ci-dessous, ou en creant un compte

S'identifier
Login :
Password :
Apparaitre dans la liste des connectés :

Mot de passe perdu ?

S'identifier

Login
Password
Etre visible
Mot de passe perdu

Rechercher un poème


recherche avancée

Tribune libre

08/12 07:23Yuba
Bonsoir Ombrefeuille, Matriochka, Weedja, Marinette, et Georges...bon soir à tous nos poètes , je vous souhaite une semaine nouvelle et heureuse 😊
08/12 06:45Ombrefeuille
Sur la pointe du clic je me retire et vous souhaite une paisible soirée, une reposante nuitée, de doux rêves ... et beaucoup de courage pour demain et la semaine.
08/12 05:53Matriochka
Bonsoir :) Belle fin de dimanche en douceur poétique à tous, et déjà beaucoup de courage pour demain !
08/12 12:43Weedja
Bonjours les poètes
08/12 06:34marinette
Pelléas et Mélisande
08/12 06:33marinette
je suis née un dimache un dimache à midi st Daniel....
08/12 06:19jacou
C'est dimanche, tous sur le pont ! Les poètes, à vos plumes et claviers : régalez-vous de votre inventivité jamais prise en défaut ! Bon week-end !
07/12 08:28Yuba
Bonjour Georges et bonjour à tous...et un samedi également sous le soleil à vous et pour vous ??
07/12 04:35jacou
Bonjour Assia : merci pour le soleil de Montpellier :)
07/12 04:34jacou
Bonjour poètes et chats des poètes (et chiens aussi), bienvenue dans ce début de vveek-end : vous verrez qu'il passera lentement… Gare à la grève si vous déplacez en France !
06/12 11:34Yuba
Bonjour Georges et bonjour aimable peuple de lettres scintillantes ...par les rayons du soleil de Montpellier que je vous envoie 🌻
06/12 03:31jacou
Bonjour aux invités du vendredi, la semaine finit en beautés poétiques, avec flocons de neige au nord et petit crachin. Et, comme la poésie nous requiert toute, le temps passe sur nous.
05/12 09:49Matriochka
Maintenant, ma plume est de noouveau encline à la dance! ;) :D
05/12 09:48Matriochka
Aaaah merci Georges! Vous êtes un modo en or :) Bien noté la procédure de correction... pour la prochaine fois ;)
05/12 07:06jacou
Ce sont nos amis québécois qui doivent être plus sévères avec la "dance" lol
05/12 07:05jacou
Corrigé, en tout cas, selon votre vœu. Vous avez l'onglet bleu "Modifier" en contrebas à droite de la fenêtre de publication, si vous souhaitez modifier un titre ou un poème.
05/12 07:03jacou
Bonsoir Matriochka :) Ce n'est vraiment rien, en plus la "dance" passe bien en français, où l'on dit "dance floor" ou catégorie musicale de "dance"...
05/12 06:40Matriochka
... à tout le monde ;)
05/12 06:37Matriochka
Toutes mes excuses pour l'affreuse faute dans le titre de mon poème "Une danse", confusion avec l'anglais que je parle souvent. Je souhaiterais la corriger, mais je ne sais pas faire. Bonne soirée (bien fraîche!) à tou
05/12 04:30Zigzag
Et au moins, c'est du repos de gagné

Qui est en ligne

  • Et aussi :
  • 46 invités