La nuit je parle
Je parle seul
Je te parle
Cœur abandonné
Au-dessus des tuiles romanes
Aucun regard m'échappe
Une étoile décline l'amour
Sur ce cœur endormi
Je ne vais pas mourir à genoux
Ni même debout
Votre absence m'assombrit

La nuit est ce corps abstrait
Qui te creuse l'estomac
T'ouvre une poche d'air
Où le rêve te ressuscite
Après une journée d'enfer

Comment perdre du temps
Si je ne l'ai même pas gagné

Voilà
Un pub
Un snack
Un PMU
Une brasserie
Un quatuor qui cherche son identité
Les toilettes sont propres
Si tu considères que le pire
Est toujours en retard
À l'opposée du courant d'air
Installé au bout d'une banquette
J'aperçois une paire d'ailes
Un vieux paquet de Gauloise
Traîne sur l'étain du bar
Mystère
Aucun fumeur
Aucune odeur de tabac froid
Aucun brouillard
Juste une lance à incendie
Nettoie le trottoir
Et la fureur du square

Du bois
Du skaï
Du métal
Une nappe en papier
Une musique de gare
Du jazz
Du rock
Je m'en balance
Du moment que j'ai les oreilles en cloque
Pour ne pas entendre à ma gauche
Le naufrage du gros lard
À ma droite
Les magouilles des trois costards
À ma gauche
Un Sidecar se promène
Sur les lèvres d'une aventurière
Où tous les chemins mènent à la mort
Une blonde vise la brune
La mousse sur ma barbe parle de liberté
Pendant qu'un croque monsieur
Attend les mains de la serveuse
Plus légère qu'une feuille de carton plume
Dans la septième courses
Prix souviens-toi
Dix huit partants
Tous disparus avant l'arrivée
Le vieux d'en face a perdu sa retraite
Son petit cochon
À revêtu son gilet jaune

Vais-je commander
La fameuse choucroute royale au Riesling
Ma visa n'a pas d'odeur
D'or elle rassure l'homme en noir
Je n'ai plus que vingt secondes
Pour taper le code
Et franchir la porte du terminus
Où une assistante maternelle
Dieu qu'elle est belle
Suce le pouce de son gilet rose

Autour de moi
Ma mort si légère
Qu'elle cohabite
La dépouille des anges
Au-dessus des aiguilles de marbre
De la cathédrale
Légèreté qui hérisse
Le duvet de mon spleen
Vers l'étoile du berger
Frisson d'un rappel
Où l'eau de rose se déverse
Sur la peau de la chansonnière
Qui traverse furtivement
Le champ de mon miroir soleil

À l'aube je glisserai
Sur un nouveau jour

Écrit par James Px
« Une poésie n’est-elle pas le seul endroit au monde où deux âmes étrangères peuvent se croiser intimement. » Textes sous Copyright numéro 00048772-1
Catégorie : Amour
Publié le 09/03/2019
Ce texte est la propriété de son auteur. Vous n'avez en aucun cas le droit de le reproduire ou de l'utiliser de quelque manière que ce soit sans un accord écrit préalable de son auteur.
Poème Précédent

Partager ce poème:

Twitter

Poème Suivant
Commentaires
Annonces Google
Posté le 09/03/2019 à 23:10:40
L'effet labyrinthique a bien rempli son rôle ...une route à suivre sur les paroles de la nuit et qui finit par mèner au petit jour ...bravo James !
Yuba
Posté le 10/03/2019 à 06:46:54
c'est magnifique
marinette
Posté le 12/03/2019 à 09:21:09
oui un parcours vitae à bout de souffle...
Une course sous les étoiles filantes...
C'est drôle la vie
Quand on est gosse
le temps n'en finit pas de se trainer
et puis du jour au lendemain
on a comme ça 50 ans
et l'enfance tout ce qui l'en reste
ça tient dans une petite boite
Une petite boite rouillée
Sur une page d'un forum...
et puis cette sensation du déjà vu
Chacun de nous
a pu éprouver la sensation soudaine
d'avoir déjà vu un lieu
où il n'est jamais allé
de reconnaître une personne
jamais rencontrée
tentations diaboliques
ou pure fiction du cerveau
James Px
Posté le 12/03/2019 à 16:42:39
impression de déjà vu très connu
c'est un phénomène provoqué par une toute petite réminiscence
un petit clin d'oeil en arrière
et 100 ans ont passé
marinette
Ajouter un Commentaire
Vous devez etre identifié pour pouvoir poster un message
Veuillez vous identifier en utilisant le formulaire ci-dessous, ou en creant un compte

S'identifier
Login :
Password :
Apparaitre dans la liste des connectés :

Mot de passe perdu ?

S'identifier

Login
Password
Etre visible
Mot de passe perdu

Rechercher un poème


recherche avancée

Tribune libre

19/03 09:35Yuba
Bonjour Georges , je te suis sur cette voie de l'importance des commentaires et s'ils se croisent c'est autant de "vies" que vous insufflez aux poèmes ...
19/03 08:12jacou
Sinon pourquoi poster des poèmes, si ce n'est pour être lu et obtenir des retours ?
19/03 08:11jacou
Sans vos commentaires, les textes postés s'étiolent vainement sur la Toile...
19/03 08:10jacou
Un forum est un lieu d'échanges, et vos coms font vivre les poèmes...
19/03 08:09jacou
N'oubliez pas de partager vos impressions de lecture en commentant les poèmes...
19/03 07:46jacou
Bonjour Daniel, bonne journée aux membres de la communauté poétique.
19/03 07:12lefebvre
Je vous souhaite une belle journée poétique
18/03 09:28jacou
Bonsoir Newpoete88
18/03 09:20Yuba
Bonsoir New
18/03 09:17Newpoete88
Bonsoir
18/03 10:32jacou
Bonjour Daniel, Assia, à tous les enchanteurs et enchanteresse s du site.
18/03 08:37Yuba
Merci et bonjour Daniel ...bonjour et excellente semaine de part et d'autre de la blanche mer médiane, son nom au Sud ;)
18/03 07:36lefebvre
Je souhaite à tous les nobles représentants de la poésie, une très belle semaine.
17/03 10:32jacou
Bonjour Daniel et Assia. Ici grisaille. Bon dimanche à tous impénitents de la poésie !
17/03 10:20Yuba
Merci Daniel , bonjour et agréable dimanche tout le monde ; nuageux ici et une pluie serait bienvenue :)
17/03 07:51lefebvre
Je souhaite à toutes et à tous un très beau dimanche poétique. Heueueu, chez moi il pleut... M.....
16/03 10:12Yuba
Bonjour Daniel , bonjour Georges ... Sabah Said ou Heureux matin à toutes et tous :)
16/03 08:51jacou
Bonjour, et bon début de week-end à tous les fervents de notre site.
16/03 08:50jacou
Bonjour Daniel, c'est sympa à toi !
16/03 06:48lefebvre
ça me dit de vous souhaiter un beau samedi de poésies et +++ encore, avec mon amitié...

Qui est en ligne