************
J'écoute et j'avance
j'entre dans le noir
à trop le vouloir
je domestique ton ailleurs

Suis-je à contre courant
vers une autre terre
Un autre espace temps
Quelque part très loin

Quelque part très loin
avec ma conscience qui dort
J'apprivoise la peine
Je capture les boutons d'or

Je capture les boutons d'or
en rêvant à ton âme vagabonde
Quand s'unissent et se confondent
mes fleurs et tes silences

***************

Écrit par MARIE L.
tralalala
Catégorie : Poésie
Publié le 14/09/2020
Ce texte est la propriété de son auteur. Vous n'avez en aucun cas le droit de le reproduire ou de l'utiliser de quelque manière que ce soit sans un accord écrit préalable de son auteur.
Poème Précédent

Partager ce poème:

Twitter

Poème Suivant
Commentaires
Annonces Google
Posté le 14/09/2020 à 21:31:59
Très joli !
Banane
Posté le 14/09/2020 à 21:45:25
La reprise de certains vers donne de la musicalité à ce poème d'amour
Vermeil
Posté le 14/09/2020 à 22:06:49
Les poèmes de Marie sont fragiles comme des pétales de fleurs.
C'est merveilleux.
Bise sur ton coeur.
Iloamys
Posté le 14/09/2020 à 22:30:36
doux murmures sublimes écrits avec ta plume agile !magnifique...bon courage!amitiés:)bises
romantique
Posté le 14/09/2020 à 23:07:48
J'aime la simplicité et la beauté de vos vers.

Merci
Syntax_Error
Posté le 15/09/2020 à 09:41:29
Vous mariez dans ce beau texte la légèreté avec la gravité de l'absence et franchement, ce n'est pas donné à tout le monde. Félicitation pour ce poème qui s'élève malgré le poids des maux.
eliosir
Posté le 15/09/2020 à 20:56:43
Magnifique texte !

C'est une évasion dans une univers à part...
Et tu nous en ouvres délicatement les portes poétiques : le bouton d'or me parle beaucoup !

Bisous ma L***
Yuba
Posté le 16/09/2020 à 16:49:50
Toujours beaucoup d'émotion à lire tes poèmes emplis de sensibilité, de douceur et de grâce.

Cette septième ode me paraît contenir un questionnement intérieur intense, quand à la peine se mêle une quête.

Un poème que j'ai pris beaucoup de plaisir à lire, merci beaucoup, et toutes mes amitiés à toi, Marie :)
Matriochka
Posté le 17/09/2020 à 18:28:20
Il y a de l'élévation en ces vers tout habités par les espaces
infinis, sidéraux, et l'on se prend à communier à ce désir
d'aller toucher ces sphères immémoriales qui ont laissé en nous
la trace de leur pureté.

Lamartine écrivit :
"L'homme est un dieu tombé qui se souvient des cieux",
et cette intensité se retrouve ici.
Ombrefeuille
Commentaires
Annonces Google
Ajouter un Commentaire
Vous devez etre identifié pour pouvoir poster un message
Veuillez vous identifier en utilisant le formulaire ci-dessous, ou en creant un compte

S'identifier
Login :
Password :
Apparaitre dans la liste des connectés :

Mot de passe perdu ?

S'identifier

Login
Password
Etre visible
Mot de passe perdu

Rechercher un poème


recherche avancée

Tribune libre

28/09 11:52jacou
Bonjour Oiseau Lyre ! :)
28/09 10:09Iloamys
Bonjour Oiseau-Lyre
Au plaisir de vous lire.
;-)
28/09 10:07Oiseau Lyre
Passez une agréable journée dans ce monde poétique façonné par votre coeurs et vos plus douces élégies.
28/09 10:05Oiseau Lyre
Bonjour à tous !
28/09 06:28Iloamys
Avec un jour de retard, je souhaite Philomène, que cette nouvelle année soit pour toi sereine et des plus douce.
Pour que tu n'offres encore ton charme poétique.

Bonne journée à tous.
28/09 04:15jacou
Bonjour à tous les membres, poètes, commentateurs , invités et passants du forum poétique Icetea !
28/09 04:14jacou
Bonjour Philomène : bon anniversaire à vous !
28/09 04:14jacou
Bonjour Assia.
27/09 11:27Yuba
Bonsoir à tous , avant Minuit , je voudrais souhaiter un joyeux anniversaire à la poètesse Philomène :)
27/09 03:33Syntax_Error
Dans la vie, appliquer cette recommandatio n est fort utile pour éviter les déconvenues.
27/09 03:29Syntax_Error
Lorsque que quelqu'un écrit, il se donne d'abord à lui-même avant de prêter aux autres..
27/09 01:29Iloamys
je dois quitter.
Bon aprem
27/09 01:28Iloamys
Les donner est une image.
Le lecteur en fait ce qu'il veut.
Il ne sait pas toujours exactement de quoi je parle dans mon poème.
Ni à qui.
Donc, il le fait sien.
Et c'est très bien.
27/09 01:18CRO-MAGNON
Mes écrits sont miens, ils n'appartienne nt qu'à moi ! Je ne les donne pas je les partage avec le lecteur !
27/09 01:17CRO-MAGNON
Le lecteur s'approprie que son interprétatio n pas celle de l'auteur
27/09 01:16CRO-MAGNON
J'écris ce qui me vient plus que ce que je veux, je ne me donne pas !
27/09 01:13Iloamys
Je suis d'accord Cro.
On écrit pour soi.
Mais en livrant nos textes, on se donne entièrement.
Le lecteur s'approprie le texte.
27/09 01:11CRO-MAGNON
Les Musso et compagnie ne sont pas des ecrivains mais des auteurs à faire du commerce
27/09 01:09CRO-MAGNON
L'auteur se donne d'abord à lui-même, on écrit par soi, pour soi et après pour les autres
27/09 01:07Iloamys
Cette citation de Montaigne syntax_Error ne concerne t-elle pas plutôt le rapport humain que l'écriture ?
Il me semble que dans l'écriture, l'auteur se donne au lecteur plus qu'il ne se prête.

Qui est en ligne