Nous nous promenions, avec grand-mère,
dans la petite ville où grand-père et elle
étaient établis depuis leur mariage.

Elle aimait beaucoup cette cité
où elle avait ses habitudes bien ancrées.

Après avoir traversé la Place de la Mairie,
alors que nous abordions la rue piétonnière,
son doux visage, d'habitude souriant,
se voila soudain d'une ombre de tristesse
et elle se mit à raconter, d'une voix peinée.

"Te souviens-tu, ma chérie, qu'ici,
il n'y a pas si longtemps encore,
c'était une rue commerçante animée,
où j'appréciais de faire mes emplettes?

Là, à droite, c'était une librairie
tenue par un monsieur avenant
qui savait toujours m'indiquer
d'excellentes lectures, pleines d'intérêt.

Un peu plus loin se trouvait
un très bon salon de coiffure.
La patronne était très sympathique
et c'était le meilleur endroit
pour se tenir au courant des derniers potins!

Puis là-bas mon magasin de vêtements préféré
où la vendeuse était de bon conseil
et où je pouvais trouver de quoi
être joliment habillée pour pas trop cher.

Juste à côté - et c'était idéal! -
une boutique de chaussures
où j'achetais des trotteurs confortables
comme ceux que je porte aujourd'hui.

En face, une charmante bijouterie
d'où proviennent de beaux présents
que ton grand-père m'a offerts.

Pas loin, il y avait un bar
où il venait régulièrement
retrouver ses anciens collègues de travail
autour d'une bière ou d'un petit blanc.

A deux pas une supérette bien pratique
où je trouvais le minimum
pour cuisiner et entretenir ma maison.

Pas loin de l'église s'était établi
un bon restaurant où on se régalait
d'excellentes spécialités de terroir.
Nous y réservions une table chaque année
pour célébrer notre anniversaire de mariage.

Et tout au bout de la rue,
une sorte de petite caverne d'Ali Baba
qui vendait bibelots et colifichets.
Combien des cadeaux que je t'ai offerts
venaient de cet adorable magasin!

Et tu vois, maintenant,
depuis le passage de ce maudit virus
et les confinements successifs,
la plupart des commerces ont fermé,
ils ne s'en sont pas relevés.

Notre petite ville, auparavant si vive,
n'est désormais qu'une cité dortoir,
et pour faire quelque course que ce soit,
il faut prendre la voiture et se rendre
au centre commercial, à dix kilomètres d'ici.

Il reste bien la boulangerie,
la boucherie et la maison de la presse,
mais tout est devenu si morose!
Ça me fait trop de peine…
rentrons, tu veux bien?"

Effectivement, je ne voyais autour de nous
que rideaux de fer baissés devant les vitrines.
Alors j'entourai les épaules de grand-mère
de mon bras, et nous fîmes demi-tour.

Je sentais son cœur lourd de tristesse
de voir dépérir le centre animé de cette cité
qu'elle avait toujours tant aimé.

§§§§§§

Note:
Poème inspiré par la crainte de commerçants de proximité de ne pas pouvoir supporter la fermeture temporaire que leur impose le reconfinement décidé pour tenter d'endiguer la deuxième vague de covid 19.

Écrit par Matriochka
Pour l'amour de la poésie et du partage.
Mon mini-site perso: https://poesie-plurielle.monsite-orange.fr
Catégorie : Social
Publié le 20/11/2020
Ce texte est la propriété de son auteur. Vous n'avez en aucun cas le droit de le reproduire ou de l'utiliser de quelque manière que ce soit sans un accord écrit préalable de son auteur.
Poème Précédent

Partager ce poème:

Twitter

Poème Suivant
Commentaires
Annonces Google
Posté le 20/11/2020 à 17:30:33
Touchant et évocateur d'une triste réalité. Les petits commerces ont du mal à survivre et certaines multinationales du e-commerce, comme Amazon, tirent leur épingle du jeu et accélèrent le processus que vous évoquez
Vermeil
Posté le 20/11/2020 à 17:53:01
Merci beaucoup pour ce commentaire, Vermeil, et je suis tout à fait d'accord avec vous. Décréter la fermeture des commerces de proximité me fait craindre pour leur survie, et je me dis qu'une autre solution était sans doute possible, surtout avec les moyens techniques à notre disposition, mais il faudrait les aider à prendre ce tournant.

Certains (et pas seulement Amazon, mais aussi la grande distribution et les grandes chaînes, telles la FNAC, Cultura, par exemple) peuvent miser sur les ventes par Internet, alors que les petits commerces sont en perte sèche.

Mais souhaitons que nos gouvernants entendent raison au moins sur ce point-là et permettent enfin la réouverture très prochaine des commerces de proximité!
Matriochka
Posté le 20/11/2020 à 18:09:27
une nostalgie déchirante de ce monde d'avant !tu as su par tes mots sublimes et sensibles la joie de vivre !alors que désormais tout est vide !et les gens reclus !merci ! en favori! bonne soirée !prends soin de toi! amitiés automnales
romantique
Posté le 20/11/2020 à 23:03:20
Bonsoir chère Matriochka,

ça prend l'Ame, ça étreint ..

Hier était belle Epoque avec la Joie de Vivre ..
Chaque petit Commerce apporte son Lot d'Anecdotes, de Souvenirs ..

Un vilain Virus a brisé cette Ambiance .. Rien ne sera comme Avant, comme Hier …

Grand Merci pour ce regard que tu portes par cette Histoire .. on suit émerveillé et puis, on a la Peine aussi ..

Merci de ce Partage !
Amitié ***

LyS-Claire
Lys-Clea
Posté le 21/11/2020 à 17:11:10
Magnifique texte !

Je voulais commenter par un poème qui décrit plus ou moins le même phénomème dans un quartier d'une ville marocaine , mais je ne l'ai plus retrouvé , ne me souvenant plus dans quel catégorie je l'avais classé ...lol

Le tien est vraiment complet et fait office d'une véritable nouvelle poétique qui rend compte de la ville désertée par ses enfants et dont les murs se retrouvent tristement soumis à la force du vent du silence ...

Grand bravo chère Matriochka pour ce constat sur un futur dont nous craignons fort l'étendue...
Yuba
Posté le 21/11/2020 à 18:19:14
Satané covid !!! Il aura plus de morts sur la "conscience" que
ceux qu'il a emportés par dizaines de milliers !

Ton poème est poignant par sa simplicité-même, par ce ton de
simple conversation à bâtons rompus (même si la grand-mère seule
parle ici), et aussi car le coeur de la narratrice est habité non par
ses propres ressentis mais par la peine de la grand-mère.

Au fil de ma lecture, il m'a semblé voir en vrai ces boutiques
fermées, ces rideaux baisés, cette rue presque déserte, et
c'était sous un ciel gris et sans reflets ...

Très beau et très vrai, hélas.
Ombrefeuille
Posté le 22/11/2020 à 16:24:14
Merci beaucoup à vous, Sylvain (merci pour ce favori!), Lysée, Assia et Ombrefeuille, pour vos impressions, vos réactions sur ce texte, et vos appréciations de mon écriture.

Oui, nos villes sont bien tristes avec toutes ces boutiques fermées, et je me demande toujours s'il fallait vraiment en venir jusque là... mais il est aussi vrai qu'il faut avant tout faire reculer l'épidémie.

Ce poème se voulait avant tout une "photo" de cette réalité douloureuse, et pour l'écrire je me suis inspirée des témoignages de commerçants dans la détresse et aussi des clients de leurs magasins que j'ai entendus aux infos.

Au plaisir de lire vos récents partages, tout amicalement :)
Matriochka
Commentaires
Annonces Google
Ajouter un Commentaire
Vous devez etre identifié pour pouvoir poster un message
Veuillez vous identifier en utilisant le formulaire ci-dessous, ou en creant un compte

S'identifier
Login :
Password :
Apparaitre dans la liste des connectés :

Mot de passe perdu ?

S'identifier

Login
Password
Etre visible
Mot de passe perdu

Rechercher un poème


recherche avancée

Tribune libre

23/11 08:39justine
coucou bonne nuit
23/11 07:47Yuba
Bonsoir tout le monde ! 😊
23/11 06:59Iloamys
Alors chin, chin.
Je suis désolée. Je ferai attention la prochaine fois.
Mais toi...si tu ne réponds pas à mes messages de bonnes intentions, attends toi à un retour de bâton.
;-)
23/11 06:54CRO-MAGNON
Je n'abuse jamais, un vers de rime à la fois !
23/11 06:52Iloamys
Bonsoir Cro
;-)
T'abuses !
sourire
23/11 06:43CRO-MAGNON
Bonsoir Claire, Vanessa
22/11 04:15Matriochka
Bonjour Daniel, Jacou, Assia et toutes les plumes bien inspirées. Bonne fin de dimanche à vous, sous le ciel de la poésie!
22/11 08:11lefebvre
Bonjour les poètes, je vous souhaite un beau dimanche...av ec toute mon amitié.
21/11 12:46jacou
Bonjour Daniel et Assia. Bonjour et bon début de week-end, Mesdames et Messieurs !
21/11 10:46Yuba
Bonjour Daniel et Georges ...bonjour les poètesses et les poètes de la planète Icetea 🍹
21/11 06:50lefebvre
Bonjour, les poètes, que cette fin de semaine vous apporte la joie de vivre en poésie.
20/11 09:02jacou
Bonjour gentes poétesses, gentlemen poètes, que la journée vous soit douce, avant de clore cette semaine de labeur !
18/11 12:02Yuba
Bonjour Georges ...agréable journée à toutes et tous :)
18/11 12:17jacou
Bonsoir Justine et Le Clown. Il n'y a pas de mal, Le Clown, vous n'étiez nullement obligé d'écrire ici, mais votre courtoisie a pourvu à l'occasion...
17/11 10:29Le Clown
Bonsoir à tous,
je réalise que je n'étais pas passé ici vous saluer, j'ai posté comme un butor faisant fi des convenances.j e vous présente mes excuses.
heu reux de vous lire à nouveau. Courage et
17/11 12:35justine
hello héros de la guerre en cours masqués de fer tonitruands et convers
17/11 11:31jacou
Bonjour Jonathan ! Bonjour à tous, poètes affrontant des jours que l'Histoire retiendra dans ses archives !
17/11 09:32feuille_au_vent
Bonjour bonjour : )
16/11 01:24jacou
Bonjour Daniel et Assia. Bonjour à la petite communauté des poètes qui vivent sur Icetea ! Bonne semaine à vous !
16/11 10:51Iloamys
Bonjour Yuba
Merci beaucoup
Même un soleil frileux, je suis preneuse.
Bonjour à tous.
;-)

Qui est en ligne

  • Et aussi :
  • 180 invités