(Bien que je sois réellement chrétien, ce texte est plus un essai philosophique qu'autre chose. Alors pour un moment, laissez tomber, s'il y en a, vos préjugés à l'égard du christianisme, et considérez-le comme un sujet à penser. Merci de vos critiques sur le texte en lui-même, et non pas sur ma foi. Car finalement, beaucoup de philosophes croyaient en Dieu, ce qui lui confère une place dans la Philosophie.)

Tu pourras me dire, qu’est-ce que la vie, si on ne la ressent pas vraiment en nous ? Qu’est-ce que la lumière, quand on n’en voit pas la couleur réelle ?
Si tu peux me le demander, écoute-moi ; car rien n’est plus mortel que de survivre chaque jour avec un tel poids. Et si rien n’est plus mortel, si tu ne peux pas avancer, comme cloué au sol, enchaîné par le manque de foi en soi que tu portes, c’est que tu n’as pas à transporter un tel boulet. Si tu n’as pas la force de marcher, tout juste celle de rester debout ; si l’homme prisonnier d’un tel désespoir ne peut pas vivre, qu’il soit seul ou non, c’est qu’il n’a pas été créé pour cela. Et si l’homme qui se sent profondément esseulé a désespérément besoin de parler, mais qu’aucun homme n’a vraiment la possibilité de le soulager, alors qui le peut ? Si l’homme naturellement cherche à partager ses sentiments, qu’il cherche un père qui puisse le comprendre et le décharger de ce qui l’empêche d’avancer en tant qu’être unique, peut-être est-ce parce qu’au fond de lui-même, chacun tente de faire revenir à la surface une nature initiale effacée ; peut-être est-ce le visage d’un père oublié que l’homme cherche dans autrui.
Rien pourtant dans ce monde n’est moins certain, même s’il est commun de dire « je compatis » et non « je comprends ». Car qui peut prétendre soulager l’autre simplement en souffrant avec lui ? Est-ce que pour autant cela lui ôtera son poids ? Bien sûr que non, quand bien même un homme serait certain de partager exactement la même douleur qu’un autre, et non pas juste une ressemblance.
En fait, et non nécessairement en foi, on ne trouve qu’un seul homme au monde qui a jamais été présenté comme comprenant les sentiments et le poids de la souffrance de l’homme. C’est en cet homme que beaucoup –nommés chrétiens- croient. Si tu peux me demander ce qu’est exactement la vie, car tu n’as pas l’impression de vivre ; si tu peux me demander la véritable couleur de la lumière, certainement ta solution se trouve en un tel homme. Car finalement, les chrétiens ne sont probablement que les premiers hommes à avoir admis un manque inné, un besoin commun à tout homme, et qui ont trouvé en Jésus-Christ le seul être ayant jamais compris leur douleur.

Écrit par Naliwe Lewan
"Ces fantômes de chants l'aurore les nettoie
Et la main du soleil revenu les disperse
Quand le grand jour m'en a lavé de son averse
Ce que j'en puis savoir c'est qu'ils parlaient de toi"
Catégorie : Spiritualité
Publié le 11/11/2013
Ce texte est la propriété de son auteur. Vous n'avez en aucun cas le droit de le reproduire ou de l'utiliser de quelque manière que ce soit sans un accord écrit préalable de son auteur.
Poème Précédent

Partager ce poème:

Twitter

Poème Suivant
Commentaires
Annonces Google
Ajouter un Commentaire
Vous devez etre identifié pour pouvoir poster un message
Veuillez vous identifier en utilisant le formulaire ci-dessous, ou en creant un compte

S'identifier
Login :
Password :
Apparaitre dans la liste des connectés :

Mot de passe perdu ?

S'identifier

Login
Password
Etre visible
Mot de passe perdu

Rechercher un poème


recherche avancée

Tribune libre

08/12 07:23Yuba
Bonsoir Ombrefeuille, Matriochka, Weedja, Marinette, et Georges...bon soir à tous nos poètes , je vous souhaite une semaine nouvelle et heureuse 😊
08/12 06:45Ombrefeuille
Sur la pointe du clic je me retire et vous souhaite une paisible soirée, une reposante nuitée, de doux rêves ... et beaucoup de courage pour demain et la semaine.
08/12 05:53Matriochka
Bonsoir :) Belle fin de dimanche en douceur poétique à tous, et déjà beaucoup de courage pour demain !
08/12 12:43Weedja
Bonjours les poètes
08/12 06:34marinette
Pelléas et Mélisande
08/12 06:33marinette
je suis née un dimache un dimache à midi st Daniel....
08/12 06:19jacou
C'est dimanche, tous sur le pont ! Les poètes, à vos plumes et claviers : régalez-vous de votre inventivité jamais prise en défaut ! Bon week-end !
07/12 08:28Yuba
Bonjour Georges et bonjour à tous...et un samedi également sous le soleil à vous et pour vous ??
07/12 04:35jacou
Bonjour Assia : merci pour le soleil de Montpellier :)
07/12 04:34jacou
Bonjour poètes et chats des poètes (et chiens aussi), bienvenue dans ce début de vveek-end : vous verrez qu'il passera lentement… Gare à la grève si vous déplacez en France !
06/12 11:34Yuba
Bonjour Georges et bonjour aimable peuple de lettres scintillantes ...par les rayons du soleil de Montpellier que je vous envoie 🌻
06/12 03:31jacou
Bonjour aux invités du vendredi, la semaine finit en beautés poétiques, avec flocons de neige au nord et petit crachin. Et, comme la poésie nous requiert toute, le temps passe sur nous.
05/12 09:49Matriochka
Maintenant, ma plume est de noouveau encline à la dance! ;) :D
05/12 09:48Matriochka
Aaaah merci Georges! Vous êtes un modo en or :) Bien noté la procédure de correction... pour la prochaine fois ;)
05/12 07:06jacou
Ce sont nos amis québécois qui doivent être plus sévères avec la "dance" lol
05/12 07:05jacou
Corrigé, en tout cas, selon votre vœu. Vous avez l'onglet bleu "Modifier" en contrebas à droite de la fenêtre de publication, si vous souhaitez modifier un titre ou un poème.
05/12 07:03jacou
Bonsoir Matriochka :) Ce n'est vraiment rien, en plus la "dance" passe bien en français, où l'on dit "dance floor" ou catégorie musicale de "dance"...
05/12 06:40Matriochka
... à tout le monde ;)
05/12 06:37Matriochka
Toutes mes excuses pour l'affreuse faute dans le titre de mon poème "Une danse", confusion avec l'anglais que je parle souvent. Je souhaiterais la corriger, mais je ne sais pas faire. Bonne soirée (bien fraîche!) à tou
05/12 04:30Zigzag
Et au moins, c'est du repos de gagné

Qui est en ligne

  • Et aussi :
  • 45 invités