Et la demeure est un tissu
Une face cachée
Pour faire face à l’immonde
Et sentir les échanges des regards
A travers un thème vêtu de noir

La silhouette est taillée dans le ténébreux
Par un plein gré douteux
De l’accès total
Au contenu du faire-part

Quand elle vient vers moi
La démarche traverse dans l’extrême
Envie de ressembler au monde
A une réelle audace ouvrant la Voie
Dans le tintement des bracelets
Dans le timbre de la voix
Apportant le sucre qui manque à sa table

Car pour elle
Boire un café dehors
Est une tuerie…
Une acrobatie sous le voile intégral

Puis elle quitte en abandonnant
Chez moi une déflagration
Une déclaration aux couleurs de la salle

Dans la clause fermée
Je lis toutes les détresses
De la « radicale » désarmée
Qu’elle laisse …

Écrit par Yuba
Au bord des lectures
je cueille l’humeur
de la poésie
Catégorie : Politologie
Publié le 08/02/2019
Ce texte est la propriété de son auteur. Vous n'avez en aucun cas le droit de le reproduire ou de l'utiliser de quelque manière que ce soit sans un accord écrit préalable de son auteur.
Poème Précédent

Partager ce poème:

Twitter

Poème Suivant
Commentaires
Annonces Google
Posté le 08/02/2019 à 11:19:21
quel dilemne j'ai apprécié ma somptueuse lecture:)amitiés
romantique
Posté le 08/02/2019 à 11:38:30
Quel symbole ! Il fallait en effet l'écrire.
Moi80
Posté le 08/02/2019 à 12:00:50
Fracas d'une rencontre où se devine un antagonisme prononcé, le silence a sans doute régné, mais il était gros de l'orage. Merci à toi pour cette tranche de vie.
jacou
Posté le 09/02/2019 à 06:24:57
magnifique
très fort, beau et émouvant
je vois cette femme belle en noir avec ses bracelets, derrière son voile qui malgré tout s'avance forte et désespérée, taillée dans le ténébreux, quelle image !
merci ma chérie
marinette
Posté le 09/02/2019 à 17:03:01
Infiniment merci à vous :

Sylvain
MOI 80
Georges
Marinette

Vos retours sont précieux et forts, me déterminent les impressions pénibles que laisse en vous cette rencontre dont j'ai essayé de transmettre tous les messages, les beaux les affreux et mêmes les invisibles ...au plaisir de vous lire !

Bises :)
Yuba
Ajouter un Commentaire
Vous devez etre identifié pour pouvoir poster un message
Veuillez vous identifier en utilisant le formulaire ci-dessous, ou en creant un compte

S'identifier
Login :
Password :
Apparaitre dans la liste des connectés :

Mot de passe perdu ?

S'identifier

Login
Password
Etre visible
Mot de passe perdu

Rechercher un poème


recherche avancée

Tribune libre

20/04 11:23Yuba
Bonjour Daniel et bonjour à vous toutes et tous qui de vos poésies imprimez le visage de notre site :)
20/04 07:14lefebvre
Bonjour les poètes
19/04 12:52Babel
merci !
19/04 12:04Yuba
Le message est envoyé à Rémi ...patientons :)
19/04 11:57Yuba
Bonjour Babel
19/04 11:57Yuba
La page d'acceuil a encore disparu ...je vais contacter Fluminis !
19/04 11:56Babel
bonjour Yuba
19/04 11:55Babel
la page d'accueil a un problème
19/04 10:53Yuba
Bonjour les mordus de poèmes , les fous des mots :)
19/04 01:26isma
Bonsoir
18/04 09:56Olivier RACHET
Bonsoir Yuba, bonsoir à toutes et à tous ! Oui jacou, une bien belle communauté...
18/04 11:30Yuba
Bonjour Georges , bonjour tout le monde !
18/04 10:29jacou
Bonjour belle communauté.
17/04 04:12Yuba
Bonjour Marinette ...merci pour ces impressions sur la communion des choses ...
17/04 02:01marinette
et sous mes pieds brûlants je sens le feu qui brûle
17/04 02:00marinette
je suis là entre les murs et sous la cendre
17/04 11:44Yuba
Bonjour Daniel, bonjour à toutes et à tous :)
17/04 11:03lefebvre
Bonjour les poètes
16/04 05:04Olivier RACHET
Oui espérons-le jacou. C'est bien le problème de ces magnifiques monuments, ils sont à la fois fragiles et solides, et ils réclament beaucoup de soins. La vieille dame n'a pas fini de nous émerveiller, croyez-moi !
16/04 10:41jacou
Oui, bonjour Assia, espérons qu'un nouveau Viollet-le-Du c architecte respecte bien la cathédrale...

Qui est en ligne

  • Et aussi :
  • 31 invités