Tous les matins du monde je demeure sur mon banc, absorbé,
à l'écoute du chant sobre d'un oiseau perdu
dans les hautes branches d'un arbre
qui me donne son ombre.
Je fixe les rais du soleil
qui serpentent sur le toit du clocher de l'église
et glissent le long de ses murs,
comme du lierre enflammé.
Et ce ciel un peu sombre,
d'un bleu indéfinissable.

Le bel écrin des brumes s'est défait,
et quelques gouttes recueillies
sur les paumes de mes mains
rafraîchissent mes tempes douloureuses.
C'est d'avoir trop pensé aujourd'hui
qui m'aura fait tomber dans cet état-là,
ou bien n'ai-je pas su dépasser
la contradiction maligne
qui se faisait en moi toute petite,
comme ces gouttelettes d'une fièvre
que je choyais en les ressentant,
mais que je n'ai pas su exprimer hors de moi.

Je fus jeté, il y a quelque temps déjà,
et j'en atteste le dieu absent,
du nombre des hommes,
n'effectuant parmi eux que des métiers serviles
où, plus obséquieux je me montrais,
plus m'indiquait-on encore de me taire
quand j'aurais souhaité crier.
Non, je ne voulais pas être reconnu des leurs,
c'est cela que je dis, mais pourtant,
une place était-elle à prendre,
qu'on m'accordât un peu de considération,
en m'invitant à parler,
comme les autres hommes.
Peut-être en aurais-je éclairé un ou deux,
sur notre condition commune. Qu'importe...

Ai-je fondé une philosophie nouvelle ?
Je le crois : j'ai su prendre la mesure de mon temps,
déployer les étapes de la progression
de la pensée humaine depuis les origines,
vers le but qu'elle atteindra,
si elle écoutait sa nature...
J'ai sans doute plutôt bâti une religion,
et j'ai fait un sacrifice pour l'instaurer :
je me suis offert.
Pourtant, la moitié du chemin de ma vie parcourue
m'a clouée sur ce banc,
où je somnole depuis des années,
oublié de presque tous.
Non, j'ai ma famille, une chambre, un bon piano fidèle,
personne ne me contredit.
Faut-il être contredit ?
Pouvons-nous assumer les mots que nous dictons ?
Sommes-nous assurés du pouvoir des mots ?
Et notre silence, n'est-il pas plus digne...

(à suivre)

Écrit par jacou
La contemplation poétique du monde est expansion de la conscience : quand l'individu devient l'univers en train de se contempler, sa voûte crânienne devient la voûte céleste (Hervé Collet)
Catégorie : Amitié
Publié le 29/05/2014
Ce texte est la propriété de son auteur. Vous n'avez en aucun cas le droit de le reproduire ou de l'utiliser de quelque manière que ce soit sans un accord écrit préalable de son auteur.
Poème Précédent

Partager ce poème:

Twitter

Poème Suivant
Commentaires
Annonces Google
Posté le 29/05/2014 à 09:22:21
JE TE LIS TOUJOURS AVEC UNE ATTENTIVE AMITIÉ JACOU
flipote
Posté le 29/05/2014 à 09:30:55
Je te remercie, très chère flipote, pour ta lecture et ton attentive amitié que je partage.
Cordialement.
jacou
Posté le 29/05/2014 à 15:44:40
un livre ouvert au monde, merci grand poète et très cher ami jacou pour ces magnifiques écrits que tu nous fais partager en toute amitié...
bien à toi
zeste
zeste
Posté le 29/05/2014 à 18:14:19
Je te remercie, très cher ami zeste, pour ton commentaire chaleureux.
Cordialement.
jacou
Posté le 30/05/2014 à 16:05:32
Merci très cher jacou pour ce superbe hommage à Hölderlin. Vous parvenez à vous glisser par la poésie dans l'esprit de ce grand philosophe pour nous livrer ses sentiments enfouis, ces pensées éparses qui précèdent ou suivent un travail d'écriture. Vos vers sont plus austère qu'à l'accoutumée, ce qui sied fort bien au sujet : plus d'ornements nuiraient à l'aspect sincère et percutant de ce poème.
Bien à vous.
Florent
Florent
Posté le 30/05/2014 à 23:25:00
Merci, très cher Florent, pour votre commentaire chaleureux et très avisé : en effet, le sujet se prêtait à un traitement plus dépouillé du flux de conscience.
Cordialement.
jacou
Commentaires
Annonces Google
Ajouter un Commentaire
Vous devez etre identifié pour pouvoir poster un message
Veuillez vous identifier en utilisant le formulaire ci-dessous, ou en creant un compte

S'identifier
Login :
Password :
Apparaitre dans la liste des connectés :

Mot de passe perdu ?

S'identifier

Login
Password
Etre visible
Mot de passe perdu

Rechercher un poème


recherche avancée

Tribune libre

28/01 10:19Edelphe
Merci Paralune, bienvenue sur le site
27/01 19:58Syntax_Error
Bon week-end à toutes et tous.
26/01 19:08Paralune
Bonsoir à toutes les jolies plumes d'icetea , votre site regorge de merveilles à découvrir et explorer. Merci pour tous ces beaux poèmes.
26/01 16:29Pascal Dut
Merci Bella
26/01 10:55Bella de Vnirfou
Belle journée à tous les poètes !
25/01 16:41Bella de Vnirfou
Hello (avec pas mal de retard)
25/01 14:06Chrysantheme
Salut Bella
24/01 08:07Altair
Bonjour et bonne nuit les poètes.
23/01 13:01Yuba
Bonjour Edelphe , bonjour Georges..bell e et paisible semaine à toutes et à tous :)semaine
23/01 12:10Edelphe
Bonne semaine à tous
23/01 07:31jacou
Bonjour Bella :) Bonjour et bon début de semaine à la communauté d'Icetea, contre vents et marées ! :)
22/01 10:06Bella de Vnirfou
Beau dimanche à tous et toutes!
21/01 11:23Yuba
Bonjour tout le Monde !Paisible samedi à notre aimable communauté !
20/01 18:39Syntax_Error
Bon week-end à toutes et tous.
20/01 17:50jacou
Charte d'Icetea point 4.3 entre autres.
20/01 14:41Chrysantheme
coucou Bella
19/01 20:02Yuba
Flumunis est passé en coup de vent pour une affaire urgente , sa poésie n' est pas pour cette fois...
19/01 18:25Lys-Clea
Il serait plaisant de Lire cette Plume que je ne connais pas .. :)
19/01 18:24Lys-Clea
Bonsoir cher Olivier !
19/01 18:22CRO-MAGNON
Bonsoir Claire !

Qui est en ligne

  • Et aussi :
  • 154 invités