Le givre a endurci les traits du quotidien
La bise fouette ton visage, enserre ton corps raidi
Alors tu hâtes le pas, scandant le même refrain
Qu’on maugrée dans les rues: il fait froid aujourd’hui !

Si ton pas se fait vif, c’est qu’il mène quelque part
Que tu as un refuge où fuir l’étreinte du vent
Dont les assauts furieux se brisent sur les remparts
Derrière lesquels, chaque soir, une douce chaleur t’attend

Le réconfort des braises pour raviver ton cœur
Le crépitement joyeux d’une bûche qui rougeoie
Ce foyer qui t’accueille d’une paisible clameur
Dont le chant te murmure qu’on est si bien chez soi

L’épaisse nuit hivernale, d’un geste enveloppe les rues
De son manteau glacial, dérobant à ta vue
Les spectres du réel, ces éternels damnés
Qui derrière ta fenêtre continuent d’exister

Je n’ai nulle part ailleurs que ces pavés sans joie
C’est moi que tu bouscules et que ton œil évite
Je suis l’ombre qui se tait quand tu te plains du froid
Incapable de traduire la douleur qui m’habite

Moi qui ne tremble plus, broyé par cet étau
Mon horizon n’est plus qu’un dédale de souffrances
Où git mon corps brisé, martelé par l’écho
Du pas des gens pressés qui scelle ma sentence

Moi qui ne lutte plus, perdu dans la torpeur
Je me suis détourné il y a bien longtemps
Des débris de ma foi, expirant dans un cœur
Fissuré par le gel, rongé par l’isolement

Moi qui ne pleure plus, mes yeux se sont éteints
Mon bagne est sans issue, ma peine sans lendemain
Condamné sans motif à errer dans le gel
En rêvant de l’enfer et ses flammes éternelles

Moi, martyr des hivers, poignardé sans répit
Par ce froid qui m’enserre, menaçant chaque seconde
D’arracher à mon corps le souffle de la vie
Pour m’enfouir à jamais dans cette nuit profonde

Je ne trouve plus la force de questionner ce monde
Qui consomme et qui jette, qui mesure et qui trie
Condamné aux trottoirs que les ordures inondent
Je n’étais pas aux normes, on a jeté ma vie.

Toi qui refuses de voir ce que montre le jour
Tu sais bien qu’aucune fleur ne nait déjà fanée
Je fus comme toi enfant, ne cherchant que l’amour
Dans un monde bien trop grand pour être mon foyer

On t’a donné un toit, on m’a jeté dehors
Par ce mur qui se dresse entre nous tu ignores
Ce que c’est qu’avoir froid et souffrir dans le noir
Lorsque la solitude a remplacé l’espoir.

http://www.poesiedesrues.com/manuscrits/effetmer/poemes/aux-oublies

Écrit par poesiedesrues
"Empoigner chaque défi ornant notre horizon
Que ce soit dire un mot ou bien gravir un mont
Et dans l'éternité d'une seconde en chute libre
Conquérir le frisson de se sentir revivre"
Catégorie : Poésie
Publié le 20/02/2019
Ce texte est la propriété de son auteur. Vous n'avez en aucun cas le droit de le reproduire ou de l'utiliser de quelque manière que ce soit sans un accord écrit préalable de son auteur.
Poème Précédent

Partager ce poème:

Twitter

Poème Suivant
Commentaires
Annonces Google
Posté le 20/02/2019 à 02:04:38
Très Baudelairien comme lecture...
eric
Posté le 20/02/2019 à 11:06:34
C'est un poignant poème !
Il déchire par les mots et les sons choisis sur le thème qu'il défend : "Toi qui refuses de voir ce que montre le jour
Tu sais bien qu’aucune fleur ne nait déjà fanée
Je fus comme toi enfant, ne cherchant que l’amour
Dans un monde bien trop grand pour être mon foyer " ..quelles émotions vives dans ce quatrain ...merci pour tout cela poétesse !
Yuba
Posté le 20/02/2019 à 11:18:47
Superbe poésie! Votre écrit se boit comme du bon vin, il noua embarque dans votre univers dès les premières lignes. J'ai voyagé tout au long de ma lecture, dans cet écho de tristesse
fee-de-ble
Posté le 20/02/2019 à 11:35:07
Sublime chant rempli de tendresse humaine. Le sort est inclément qui pourchasse certains d'entre nous, les chassant de leurs légitimes foyers pour d'autres foyers indécis. Vous renouvelez ici l'un des poèmes en prose baudelairien, par le souci de sympathiser et de dire la pauvreté des sans-abri, au physique comme au moral. Bravo à vous !
jacou
Posté le 20/02/2019 à 17:08:46
Merci à vous pour votre réceptivité et vos réactions touchantes !
poesiedesrues
Ajouter un Commentaire
Vous devez etre identifié pour pouvoir poster un message
Veuillez vous identifier en utilisant le formulaire ci-dessous, ou en creant un compte

S'identifier
Login :
Password :
Apparaitre dans la liste des connectés :

Mot de passe perdu ?

S'identifier

Login
Password
Etre visible
Mot de passe perdu

Rechercher un poème


recherche avancée

Tribune libre

18/08 11:34Yuba
Bonjour Daniel , Georges et marinette ...un agréable dimanche à tous et toutes :)
18/08 09:08marinette
je veux des croissants à 5h quand je me lève
18/08 08:27jacou
Bonjour Daniel. Beau dimanche à tous, avec croissants et poèmes ! Mangez les poèmes, lisez les croissants, ou l'inverse
18/08 07:50lefebvre
Je vous souhaite un beau dimanche
17/08 11:11lefebvre
Merci Georges, je n'étais pas loin, mais très occupé mdr!
17/08 09:27jacou
Bonjour Daniel, heureux retour parmi nous !
17/08 09:06lefebvre
Bonjour à toutes et à tous, je vous souhaite une belle fin de semaine...ave c mes amitiés
17/08 08:43jacou
Beau début de week-end ! Éveillés-vous et transcrivez vos rêves !
17/08 12:55jacou
Oui, douce nuit sur la contrée… Icetea rêve…
16/08 11:33grêle
Douce nuit
16/08 11:32Aria
bonne nuit tout le monde
16/08 11:30Aria
oui ça va merci!!
16/08 11:20grêle
Coucou tu vas bien ? :-)
16/08 11:17Aria
coucou bonsoir te revoilà Marine!
16/08 11:00grêle
Bonsoir Bobox, Georges, Aria :-)
16/08 06:38jacou
Bonsoir Marinette
16/08 03:50Bobox
grele
15/08 09:36jacou
Bonsoir Olivier Rachet ! Oui, enfin c'est surtout l'Assomption de la Vierge Marie en ce 15 août.
15/08 09:19Olivier RACHET
Bonsoir tout le monde ! Oui jacou, c'est la période préférée des chats n'est-ce pas ? Lol
15/08 10:40jacou
Bonjour et bienvenue au 15 août ! Déjà la miaou MDR !

Qui est en ligne

  • Et aussi :
  • 68 invités