Un matin au ciel gris, elle me convoqua dans son bureau.
Sans explication.
En marchant dans le long couloir, je voyais, au fur et à mesure, les murs devenir mous.
Le sol semblait se froisser et mon visage avait des allures de défaite.
- Mauvais présage, me dis-je.
C’est qu’avec elle on ne savait pas à quoi s’attendre. Elle dégainait son luger
et abattait sans sommation, sans pitié.
Avant d’atteindre la porte de son bureau,
je passais en revue toutes les bêtises que j’aurais pues faire. Mais non, il n’y avait rien.
Peut-être avais-je été dénigré par quelques langues de vipères qui rampaient partout autour de moi.
Voilà j’étais devant sa porte.
Je frappais et j’entrais comme on se jette en parachute troué
et mal rapiécé au-dessus des montagnes d’Afghanistan.
Je fixai un instant ses yeux. Ils étaient terribles !
Mon sort était scellé.
Elle économisa ses phrases :
- Vous prenez vos affaires et vous dégagez ! Je ne veux plus vous voir.
Plus aucune trace de vous ici !
Elle avait dans sa main une grosse gomme et elle agitait son bras dans l’air, dans un mouvement de va-et-vient comme si elle effaçait un vilain mot sur une feuille blanche.
Et alors peu à peu, je vis mes mains disparaître et dans le miroir, derrière son bureau,
j’aperçus mon visage devenir transparent.
Elle m’effaçait...

Elle posa la gomme sur sa table. Elle avait effacé le héros de sa bande dessinée.
Elle avait raté son personnage.
Avec un crayon noir elle commença à tracer une esquisse de son visage
sur la feuille de dessin blanche.
C’était mieux, beaucoup mieux.

Un matin au ciel bleu, elle me convoqua dans son bureau.
Sans explication.
En marchant dans le long couloir, je voyais les murs redevenir solides.
Le sol avait repris son aspect bien lisse. Je me sentais mieux.
Voilà, j’étais devant la porte de son bureau…

Virgile.

Écrit par virgile
Les vapeurs de l'âme.
Catégorie : Fantastique/Sf
Publié le 15/09/2020
Ce texte est la propriété de son auteur. Vous n'avez en aucun cas le droit de le reproduire ou de l'utiliser de quelque manière que ce soit sans un accord écrit préalable de son auteur.
Poème Précédent

Partager ce poème:

Twitter

Poème Suivant
Commentaires
Annonces Google
Posté le 15/09/2020 à 07:24:31
excellent
prête-moi ta gomme pour effacer plein de trucs de machins et de choses
redessiner en rose tout ce qui aurait pu
me redevenir chose
j'ai des crayons mais pas de gomme
je m'efface
justine
Posté le 15/09/2020 à 07:35:26
Sympa.
L'idée est originale.
;-)
Iloamys
Posté le 15/09/2020 à 12:55:32
C'est génial !
comme idée poétique

Bravo Virgile !
Yuba
Posté le 15/09/2020 à 19:06:23
Rêve récurrent ? Souvenir traumatique ? J'ai lu et apprécié ce récit d'une disgrâce fictionnelle. Être ainsi reconduit laisse des traces, à surmonter. Mais l'égide du fantastique ici recouvre sans doute un non-dit dans le champ de la conscience. Merci à vous pour ce texte, qui continue à la fin, tel un jour "sans fin"...
jacou
Ajouter un Commentaire
Vous devez etre identifié pour pouvoir poster un message
Veuillez vous identifier en utilisant le formulaire ci-dessous, ou en creant un compte

S'identifier
Login :
Password :
Apparaitre dans la liste des connectés :

Mot de passe perdu ?

S'identifier

Login
Password
Etre visible
Mot de passe perdu

Rechercher un poème


recherche avancée

Tribune libre

28/09 11:52jacou
Bonjour Oiseau Lyre ! :)
28/09 10:09Iloamys
Bonjour Oiseau-Lyre
Au plaisir de vous lire.
;-)
28/09 10:07Oiseau Lyre
Passez une agréable journée dans ce monde poétique façonné par votre coeurs et vos plus douces élégies.
28/09 10:05Oiseau Lyre
Bonjour à tous !
28/09 06:28Iloamys
Avec un jour de retard, je souhaite Philomène, que cette nouvelle année soit pour toi sereine et des plus douce.
Pour que tu n'offres encore ton charme poétique.

Bonne journée à tous.
28/09 04:15jacou
Bonjour à tous les membres, poètes, commentateurs , invités et passants du forum poétique Icetea !
28/09 04:14jacou
Bonjour Philomène : bon anniversaire à vous !
28/09 04:14jacou
Bonjour Assia.
27/09 11:27Yuba
Bonsoir à tous , avant Minuit , je voudrais souhaiter un joyeux anniversaire à la poètesse Philomène :)
27/09 03:33Syntax_Error
Dans la vie, appliquer cette recommandatio n est fort utile pour éviter les déconvenues.
27/09 03:29Syntax_Error
Lorsque que quelqu'un écrit, il se donne d'abord à lui-même avant de prêter aux autres..
27/09 01:29Iloamys
je dois quitter.
Bon aprem
27/09 01:28Iloamys
Les donner est une image.
Le lecteur en fait ce qu'il veut.
Il ne sait pas toujours exactement de quoi je parle dans mon poème.
Ni à qui.
Donc, il le fait sien.
Et c'est très bien.
27/09 01:18CRO-MAGNON
Mes écrits sont miens, ils n'appartienne nt qu'à moi ! Je ne les donne pas je les partage avec le lecteur !
27/09 01:17CRO-MAGNON
Le lecteur s'approprie que son interprétatio n pas celle de l'auteur
27/09 01:16CRO-MAGNON
J'écris ce qui me vient plus que ce que je veux, je ne me donne pas !
27/09 01:13Iloamys
Je suis d'accord Cro.
On écrit pour soi.
Mais en livrant nos textes, on se donne entièrement.
Le lecteur s'approprie le texte.
27/09 01:11CRO-MAGNON
Les Musso et compagnie ne sont pas des ecrivains mais des auteurs à faire du commerce
27/09 01:09CRO-MAGNON
L'auteur se donne d'abord à lui-même, on écrit par soi, pour soi et après pour les autres
27/09 01:07Iloamys
Cette citation de Montaigne syntax_Error ne concerne t-elle pas plutôt le rapport humain que l'écriture ?
Il me semble que dans l'écriture, l'auteur se donne au lecteur plus qu'il ne se prête.

Qui est en ligne

  • Et aussi :
  • 120 invités