Je marchais dans une rue aussi grise que mes pensées.
Soudain, devant moi, une apparition : Christine !
- Bonjour Christine !
Elle me regarda comme l’on examine un lézard plongé dans le formol d’un bocal
oublié dans un laboratoire poussiéreux.
Et, sans rien dire, elle continua son chemin.
Je courus derrière elle et je lui dis :
- Tu ne te souviens pas de moi ?
Elle daigna répondre :
- Mais je ne vous connais pas Monsieur !
Dix ans déjà, que l’on s’était perdus de vue et elle, elle avait perdu la mémoire.
Ou elle faisait semblant.
-Tu te prénommes bien Christine ?
- Oui, mais ça ne veut rien dire.
Comment avait-elle oublié notre amour fougueux du temps passé ?
Déjà, la nostalgie rompait les digues de mon cerveau et envahissait mes neurones.
Du poison à l’état pur finalement.
Qui avait rompu, elle ou moi ? Je ne sais plus !
- Je n’ai pas de temps à perdre avec un dragueur de pacotille ! me dit-elle.
- Pacotille comme l’était le cœur en métal que je t’avais offert ;
un cœur que j’avais découpé dans une boîte en fer blanc d’haricots verts Bonduelle ?
C’était une nuit d’été, tu ne t’en souviens pas ?
On s’était retrouvés dans le jardin public de la ville et tu m’avais juré que tu garderais ce cœur toute ta vie.
Où est-il maintenant ? Tu l’as jeté ?
Je crus voir dans son œil une larme qui hésitait à couler.
- Un cœur ? Vous êtes fou ? Laissez-moi maintenant !
Elle prit la fuite et j’abandonnais la partie.
Ces souvenirs, ces mêmes souvenirs qui restaient gravés dans une tête
et qui s’oubliaient dans une autre.
Un souvenir amoureux impalpable, presque virtuel, sans support matériel,
sans preuve, quelle valeur pouvait-il avoir ?
On était en été comme au temps jadis de notre amour oublié.
A vingt-et-une heures, je retournais dans ce jardin juste pour effectuer un retour vers le passé.
Elle était là, assise sur ce même banc qui avait bien vieilli.
Toute blanche, presque transparente, immatérielle…
Je m’assis à côté d’elle, à peine un reflet.
Et je compris !
Elle se leva et s’éloigna dans l’allée à peine éclairée par la lumière pâlotte de la lune.
Et elle disparut brutalement bien avant d’arriver à la fontaine depuis longtemps muette.
Et sur le banc, juste près de moi, se trouvait le cœur métallique
que je lui avais offert il y a bien des années…

Virgile.

http://grasse.vefblog.net/

Écrit par virgile
“On ne peut être poète sans quelque folie.” Démocrite.
Catégorie : Fantastique/Sf
Publié le 05/04/2021
Ce texte est la propriété de son auteur. Vous n'avez en aucun cas le droit de le reproduire ou de l'utiliser de quelque manière que ce soit sans un accord écrit préalable de son auteur.
Poème Précédent

Partager ce poème:

Twitter

Poème Suivant
Commentaires
Annonces Google
Posté le 05/04/2021 à 11:08:41
c'était pas bonduelle qui dérive de bondieu
mais cassegraine
fais attention quand tu fais les courses
elle s'appelle Christine tout de même
et c'est le lundi de Pâques
oh les hommes je te jure !!
justine
Posté le 05/04/2021 à 13:19:02
Merci Justine.
Quand on poétise, emporté par l'inspiration, on ne pense pas à tout !
virgile
Posté le 05/04/2021 à 18:17:49
Bonsoir,

Quelle Histoire ! qui touche !
Elle a son parfum nostalgique, dramatique ..

Un Cœur offert dans une quelconque " ferraille", ça manquait de Fantaisie pour plaire à la Belle .. :) Et cela ne lui a pas apparemment étourdi le Cœur .. Elle a voulu oublier .. !

LyS ..
Lys-Clea
Posté le 05/04/2021 à 19:23:03
Merci LyS
virgile
Posté le 07/04/2021 à 22:48:00
Un véritable talent d'écriture,un destin tout tracé. Pas de gâchis. Merci pour ce moment d'imagination.
lo
Posté le 08/04/2021 à 06:46:29
Merci lo.
virgile
Commentaires
Annonces Google
Ajouter un Commentaire
Vous devez etre identifié pour pouvoir poster un message
Veuillez vous identifier en utilisant le formulaire ci-dessous, ou en creant un compte

S'identifier
Login :
Password :
Apparaitre dans la liste des connectés :

Mot de passe perdu ?

S'identifier

Login
Password
Etre visible
Mot de passe perdu

Rechercher un poème


recherche avancée

Tribune libre

20/04 06:40Lys-Clea
A Edelphe et + : si vous aimez l'inconnu de St Pancras, faites moi votre Suite, ça peut donner, j'en suis sûre, de jolies choses à LIRE ! Merci !
19/04 05:34orchidee
Merci Matriochka que la poésie ne te quitte jamais, car tu as une belle imagination, j'ai été contente de croiser ton chemin, Bisous Marie
19/04 05:04Matriochka
ou sans vent, disais-je :-D
19/04 05:04Matriochka
Bonjour Jacou, bonjour Yuba, merci à vous :) Bonjour à toutes les plumes bien inspirées, bonne semaine, avec le printemps de retour, au moins dans le sud. Après, ça dépend si vous préférez avec ou sa
19/04 05:01Matriochka
Administrateu r du site: Fluminis
19/04 11:48orchidee
alors qui est l'admisistrat eur
19/04 11:45jacou
Bonjour Assia !
19/04 11:45jacou
Orchidée, allez voir ailleurs si l'on y est ! :(
19/04 11:29Yuba
Bonjour Georges ...agréable lundi à tous , souriez , je vous apporte le printemps de Tanger 💐
19/04 11:26Yuba
Les modérateurs ne sont pas sous vos ordres !
19/04 11:24Yuba
Orchidee , personne ne vous retient , prenez vous même vos textes et partez ...pour la suppression du compte vous êtes obligée de passer par l'administrateur , envoyez lui un mp et attendez, comme fait tout le monde !
19/04 09:57orchidee
aux modérateurs, vous commendez vraiment à me pomper l'air, avec vos messages privés, et je vous ordonne de tous enlever je ne veux plus exister sur ce site, je crois que vous parlez français aussi, je me fais bien comprendre,
19/04 07:52jacou
Bonjour vous tous ! Bon début de semaine, et vivement le printemps (du moins en France, où le froid s'attarde en avril ) !
18/04 10:15Edelphe
Bon dimanche à tous
18/04 09:22orchidee
merci les modérateur enfin mes poèmes sont retirés adieu
17/04 04:47Matriochka
Bonjour Daniel, Syntax, Iloamys... et toutes les belles plumes bien insspirées! Bon et beau weekend poétique à chacun(e)! :)
17/04 08:39lefebvre
Bonjour, les poètes, je vous souhaite une belle fin de semaine, avec toute mon amitié
15/04 11:23Syntax_Error
Oui, moi aussi, c'est celui qui a retenu mon attention.
15/04 11:22Iloamys
J'ai adoré
" Il y a dans sa chevelure,des échos de batailles
des chavaliers fantasques et des soldats de paille. "
Frédéric Serenne.
15/04 11:20Iloamys
C’est très agréable effectivement .
Ça aide un peu pour la confiance en soi.^^
Merci .

Qui est en ligne

  • Et aussi :
  • 54 invités